N° 801 | du 15 juin 2006 | Numéro épuisé

Critiques de livres

Le 15 juin 2006 | Patricia Delage

Contre vents et marées. Réflexions sur la famille

Coordonné par Maryvonne Caillaux


éd. Quart Monde, 2006 (172 p. ; 9,50 €) | Commander ce livre

Thème : Précarité

« Qui est ma famille ? Une famille peut-elle se suffire à elle-même ? A-t-elle une histoire ?.. » C’est à partir de questions de ce type qu’une équipe d’ATD Quart Monde a poursuivi une recherche, durant deux ans, à travers plusieurs villes de France, auprès de personnes en grande difficulté, de militants et de volontaires permanents. Quel est le sens donné à la famille lorsqu’on est en situation de très grande précarité ? L’ouvrage retranscrit la méthodologie suivie par l’équipe et surtout, implique fortement le lecteur dans sa démarche par un choix d’alternance entre réflexions et expressions personnelles.

Conçu de manière très aérée, illustré joliment de photos, dessins, citations venant des différents groupes ayant travaillé le sujet, cet ouvrage se lit rapidement et apprend beaucoup sur la volonté voire la nécessité pour ces personnes en grande précarité de s’exprimer sur la famille. Au centre de leurs préoccupations et apparaissant comme une évidence, c’est « réussir sa vie familiale », puis « préserver les liens » et enfin, le sentiment de « peur », en raison de la précarité, de situations de plus en plus difficiles à vivre, « il faut pouvoir sortir de la culpabilité et de la honte » pour pouvoir raconter son histoire à ses enfants, « passer de la honte à la fierté ».

La conception de l’ouvrage traduit bien la volonté des auteurs de laisser en premier la parole à ceux qui sont directement concernés. C’est pourquoi, les deux premiers tiers du livre sont consacrés à la retranscription de l’expression de ces groupes si lourdement confrontés à la pauvreté ; Le dernier tiers faisant, quant à lui, part de l’intention d’une telle recherche, de la méthodologie suivie et de sa conclusion. Un ouvrage où il est question de respect, d’espoir, de confiance, de nouvelles pistes à explorer dans ce travail d’accompagnement de la grande pauvreté pour préserver ou restaurer la famille malgré tout. L’aspiration à la vie familiale est alors perçue comme un moteur essentiel pour continuer à vivre et pour donner du sens à la vie. Une réflexion globale qui correspond bien à l’orientation donnée par le Père Wresinski en 1956.


Dans le même numéro

Critiques de livres

Anne Gintzburger avec le Réseau éducation sans frontières

Ecoliers, vos papiers !

Fatiha et Hacène Belmessous, Laure Chebbah-Malicet, Franck Chignier-Riboulon

Les minorisés de la République