N° 1185 | du 12 mai 2016

Critiques de livres

Le 12 mai 2016 | Jacques Trémintin

Un homme à la crèche

Thomas Grillot


éd. du Seuil, 2016, (106 p. – 7,90 €) | Commander ce livre

Thème : Enfance

N’y a-t-il pas quelque chose de louche à voir un homme passer toute sa journée à changer des couches, à donner des biberons ou à chanter des berceuses ? Thomas Grillot, recruté comme auxiliaire de puériculture dans une crèche, s’est trouvé plongé au cœur des préjugés de ce genre. Dix mois de formation lui ont permis d’acquérir les ficelles de la profession : pas de chouchoutage, ni de papouillage, encore moins de copinage. Le bisou est interdit.

C’est un geste intime qui relève de la sphère exclusivement familiale. Si l’enfant peut en faire, le salarié non : ce n’est pas professionnel.
Comment réagir quand l’enfant pleure ou montre sa détresse : on est quand même autorisé à le prendre dans les bras pour le rassurer. Mais, cela s’arrête là. Les émotions, les préférences, la tendresse particulière ressentie par rapport à un petit ? Elles ne doivent pas apparaître, ni se manifester. Recruter des hommes est parfois pensé comme un bon moyen de renforcer le professionnalisme des équipes, en combattant ce maternage qui est délégitimé s’il est pratiqué en dehors de la relation mère-enfant. Bien sûr, là où les femmes se voient reconnaître des compétences innées, les hommes doivent faire leurs preuves. Certes, le soupçon va parfois jusqu’à leur interdire d’accompagner les petits aux toilettes pour les essuyer.

Mais, quand même, une présence masculine, cela fait entrer l’autorité, encourage les enfants à explorer, à prendre des risques et à tester les limites. En pénétrant ce véritable gynécée qu’est la crèche, l’homme se heurte au rôle premier et indépassable attribué aux femmes dans le soin. Si les femmes travaillant dans un milieu d’hommes se heurtent au plafond de verre dans leur promotion professionnelle, les hommes travaillant en milieu féminin bénéficient de l’escalator de verre, et se trouvent propulsés plus vite que leurs collègues féminines à des postes à responsabilités.


Dans le même numéro

Critiques de livres

Anne-Laure Giron

X un jour, X toujours…

Intervenantes de la fondation AS’TRAME (sous la direction de Marie-Dominique Genoud-Chapeaux)

Accompagner l’enfant en deuil • Guide pratique