N° 1118 | du 19 septembre 2013

Faits de société

Le 19 septembre 2013

Un état du secteur médico-social

Joël Plantet

Après avoir connu une longue période d’essor, les créations d’associations dans le secteur sanitaire et social sont à la baisse. L’observation du secteur et de son hétérogénéité réserve quelques surprises…

« Disposer de chiffres réguliers et fiables est devenu aujourd’hui indispensable pour bien comprendre l’évolution de l’emploi et du poids économique des associations sanitaires et sociales. » L’union nationale interfédérale des œuvres et organismes privés à but non lucratif sanitaires et sociaux (Uniopss) vient de publier un état du secteur, via son centre national d’animation et de ressources (CNAR) et au moyen d’une enquête menée par le réseau d’experts Recherches et Solidarités. Celui-ci s’est intéressé à la dynamique des créations d’associations dans le secteur sanitaire et social, et a dressé un bilan « complet et définitif » de l’emploi pour l’année 2012.

Ainsi, les créations d’associations dans le secteur sanitaire et social ont représenté, ces six dernières années, environ 12 % des nouvelles associations, tous secteurs confondus : environ 8 % pour le domaine social, et 4 % pour celui de la santé. La moyenne annuelle du nombre de services et établissements médico-sociaux créés est de 3 500. De 2000 à 2010, la croissance du nombre d’associations sanitaires et sociales employeurs a été « continue et assez régulière ». Malgré les difficultés économiques, cette progression s’est maintenue aux environs de 1 % par an entre 2008 et 2010. Mais elle s’est nettement ralentie en 2011, avec un solde net d’à peine cent associations supplémentaires, et ce solde est devenu nul en 2012…

Question définition, le périmètre associatif du secteur sanitaire et social correspond en France à des activités dont la nomenclature a été révisée en 2008 : activités d’hébergement médico social, dont hébergement médicalisé et hébergement social, activités sociales sans hébergement (handicap, enfance et adolescence, aide par le travail, aide à domicile…), et activités liées à la santé (activités hospitalières, activités de pratique médicale et paramédicale…).

Le secteur sanitaire et social compte plus d’un million d’emplois

Concernant l’emploi du secteur, plus de 33 000 employeurs étaient recensés pour l’année 2012. Dans le panel, l’action sociale se détache nettement avec près de 62 % des associations employeurs, dont environ plus de 4 200 dans l’aide à domicile, plus de 2 000 dans l’aide par le travail et près de 3 400 dans le secteur de la petite enfance. Pour la même année 2012, le secteur sanitaire et social compte plus d’un million d’emplois : plus de 130 000 dans le secteur de la santé, plus de 338 000 dans l’hébergement médico-social, plus de 178 000 dans l’aide à domicile et près de 359 000 dans les autres secteurs de l’action sociale sans hébergement.

Les établissements de santé comptent en moyenne plus de 38 salariés ; dans les structures d’hébergement, la différence est visible entre établissements médicalisés (51 salariés en moyenne) et ceux présentant un caractère social (28 salariés en moyenne). Le profil des publics accueillis affine encore ces chiffres : de 15 salariés en moyenne dans les associations d’hébergement des toxicomanes, à près de 42 dans celles recevant des personnes handicapées physiques.

La masse salariale pour 2012, elle, représente vingt milliards d’euros, ce qui correspond à plus de 55 % du total de la masse salariale distribuée en 2012 dans l’ensemble du secteur associatif. Dans le domaine de la santé, le salaire moyen reste significativement plus élevé (29 885 euros par an) que la moyenne du secteur sanitaire et social (19 974 euros). A l’opposé, l’aide par le travail est largement en retrait, avec un salaire moyen situé approximativement à 14 000 euros, constat explicable entre autres par la fréquence des temps partiels. Et, dans l’aide à domicile, les salaires moyens sont deux fois moins élevés…