N° 817 | du 16 novembre 2006 | Numéro épuisé

Dossiers

Le 16 novembre 2006

Témoignage de Muriel Casalaspro

Marianne Langlet

Responsable du comité RESF de Montreuil en Seine-Saint-Denis

Au cours de l’été, nous avons accompagné une soixantaine de familles de Montreuil. Nous avions fait, pour chaque dossier, une lettre qui récapitulait la situation de la famille en pointant les critères un par un et les documents demandés. Nous avons fait très attention à ce que toutes les familles dont nous constituions le dossier entrent vraiment dans les critères. À celle qui, pour nous, n’y répondait pas tout à fait, nous disions : nous ne vous le conseillons pas mais c’est vous qui décidez, c’est votre vie. Si vous voulez déposer, faites-le mais il y a un risque.

Enfin, nous avons été très vigilants pour les familles qui faisaient une première demande. Nous leur disions : attention, si vous ne rentrez pas dans la circulaire, on ne vous conseille pas de déposer un dossier parce que cela va vous signaler. Sur ces soixante familles, certaines étaient parrainées officiellement par des élus, d’autres non mais à chaque fois nous avons essayé de trouver un référent par famille, un voisin, un parent d’élève de la classe de leur enfant, car nous avons très vite été débordés. Nous avons ensuite obtenu de la Préfecture de faire un dépôt collectif le 7 août. Les quarante-deux familles qui étaient là ont été reçues en entretien l’après-midi même, la moitié a obtenu des papiers. Pour les autres familles qui n’ont pas participé au dépôt collectif, nous avons eu le même résultat.


Dans le même numéro

Dossiers

Témoignage de Bruno Camhaji

Du comité RESF du XIXe arrondissement de Paris

Lire la suite…

« Le 24 juillet, les quotas étaient remplis »

Entretien avec Pierre Cordelier, porte-parole du Réseau éducation sans frontières

Lire la suite…

Parents sans papiers d’enfants scolarisés

Le 13 juin 2006, une circulaire du ministère de l’Intérieur tombe : elle propose aux parents sans papiers d’enfants scolarisés une aide au retour dans leur pays d’origine et, en cas de refus, une possible régularisation à titre exceptionnel et humanitaire si la famille répond à cinq critères. Beaucoup y ont cru mais une infime partie seulement a obtenu une régularisation. Reste le sentiment d’avoir été trompés. Retour sur cet immense espoir rapidement transformé en profonde déception

Lire la suite…