N° 817 | du 16 novembre 2006 | Numéro épuisé

Dossiers

Le 16 novembre 2006

Témoignage de Bruno Camhaji

Marianne Langlet

Du comité RESF du XIXe arrondissement de Paris

Aucune famille n’a pris directement contact avec nous, tout est passé par la directrice de l’école. Les familles se sont signalées à elle pour demander des certificats dans le cadre de la circulaire.

Elle les informait de notre existence et leur proposait d’entrer en contact avec nous. La première famille qui est venue nous voir était chinoise, déjà suivie par l’assistante sociale du secteur qui l’a accompagnée dans sa demande de régularisation. Deux autres familles avaient fait leur demande de leur côté et ne sont venues nous voir qu’après avoir reçu un refus. Comme elles étaient suivies par des avocats, nous leur avons demandé ce qu’elles voulaient. Nous avons organisé une pétition, j’ai fait des lettres parce que leurs enfants sont dans la classe de ma fille. Une autre famille avait fait seule les démarches et voulait également un soutien par pétition et lettre. Une famille chinoise est venue nous voir pour le recours : elle a reçu un refus immédiat parce qu’elle a déposé son dossier après le 13 août, date de fin de la circulaire.

Enfin, nous avons accompagné une famille dans toutes ces démarches depuis le début : elle fait partie des familles qui ont participé au dépôt collectif du 5 juillet. Elle a été convoquée le 12 septembre et elle attend toujours la réponse. Au total, sur les six familles que nous avons accompagnées, une est régularisée, trois ont été déboutées, un dossier a été perdu et la dernière n’a pas de réponse.


Dans le même numéro

Dossiers

Témoignage de Muriel Casalaspro

Responsable du comité RESF de Montreuil en Seine-Saint-Denis

Lire la suite…

« Le 24 juillet, les quotas étaient remplis »

Entretien avec Pierre Cordelier, porte-parole du Réseau éducation sans frontières

Lire la suite…

Parents sans papiers d’enfants scolarisés

Le 13 juin 2006, une circulaire du ministère de l’Intérieur tombe : elle propose aux parents sans papiers d’enfants scolarisés une aide au retour dans leur pays d’origine et, en cas de refus, une possible régularisation à titre exceptionnel et humanitaire si la famille répond à cinq critères. Beaucoup y ont cru mais une infime partie seulement a obtenu une régularisation. Reste le sentiment d’avoir été trompés. Retour sur cet immense espoir rapidement transformé en profonde déception

Lire la suite…