N° 745 | du 17 mars 2005 | Numéro épuisé

Critiques de livres

Le 17 mars 2005 | Jacques Trémintin

Sexualités adolescentes

Marta Maia


éd. Pepper, 2004, (252 p. ; 20 €) | Commander ce livre

Thème : Sexualité

Le recul du rigorisme moral, la progression de l’hédonisme, la généralisation de l’utilisation des méthodes contraceptives, la libération de la sexualité dans les médias ont marqué les trente dernières années, modifiant largement les représentations, les normes et les pratiques sexuelles.

Il était intéressant de connaître le vécu des adolescents d’aujourd’hui face à cette évolution. C’est ce que nous propose l’auteur, qui a passé plus de deux ans à effectuer un patient travail d’ethnologie auprès d’un public de jeunes collégiens et lycéens de deux banlieues qui pour être voisines n’en sont pas moins socialement très éloignées : Montreuil et Vincennes. Il en ressort d’abord une constante qui n’a guère changé : les identités de genre (masculin ou féminin) sont avant tout des constructions sociales façonnées à partir des valeurs et des modèles de notre culture. « Tout individu doit porter les signes du genre auquel il est réputé appartenir, qui imposent une normativité et se traduisent par des marques corporelles, des attitudes, des comportements » (p.125). Les garçons sont éduqués à cultiver leur virilité, là où les filles sont formées pour se préoccuper de leurs qualités esthétiques.

L’homme est considéré comme initiateur du désir, la femme comme devant le contrôler. Conséquence : l’agressivité est stimulée ici, inhibée là. À cette habitude de genre, s’ajoutent les circonstances socioculturelles. Le sentiment de valorisation de soi passe par le pouvoir socio-économique. Quand celui-ci fait défaut, il est alors remplacé par le rapport de force et l’influence au sein du groupe de pairs. La violence constitue une forme de pouvoir qu’on exerce sur l’autre pour se sentir exister ou renvoyer en miroir l’oppression subie. Séduire est d’autant plus difficile quand on est confronté à des conditions de vie si dures et si hostiles qu’on n’a pas appris comment exprimer la tendresse.

Le reste du tableau dressé par l’auteur s’inscrit dans une vision des plus classique. Avant 17 ans, la masturbation, le flirt et les changements fréquents de partenaires sont considérés comme légitimes. Au-delà de cet âge interviennent les premières relations sexuelles et les relations durables. La virginité féminine reste synonyme de pureté, d’innocence et de naïveté, celle du garçon étant connotée comme marque de faiblesse et manque tant de maturité que de virilité. À l’âge où l’on est en quête d’amour, les mises en garde contre l’amour ne passent pas toujours très bien : il n’est pas rare que les rapports sexuels se fassent sans protection. Les sentiments et les qualités morales mises en avant comme fondement des relations de couple y sont pour beaucoup.

C’est l’affection, le don de soi et l’engagement réciproque que l’on recherche dans la relation à l’autre. Face à ces tendres intentions, l’utilisation du préservatif est parfois assimilée à un doute sur le sérieux du partenaire ou à la légèreté de son engagement.


Dans le même numéro

Critiques de livres