N° 661 | du 10 avril 2003 | Numéro épuisé

Dossiers

Le 10 avril 2003

Quand un ancien élève devient animateur à Tamérantong !

Katia Rouff

Enfant « turbulent », Oussoumane Bamba a participé pendant 6 ans aux ateliers de Tamérantong ! Aujourd’hui, à 21 ans, l’association l’emploie comme « coordinateur des familles ».

« Je suis arrivé à Tamérantong ! à 9 ans. J’étais un enfant turbulent. Je poussais tout le monde à bout. L’école était mon territoire. Je connaissais les limites, mais je les dépassais », évoque Oussoumane. « Les instits ne nous l’avaient pas confié. Il avait très envie de venir, ses copains ont insisté pour que nous l’acceptions », confirme Christine Pellicane. « En classe, les instituteurs, avec 25 élèves, n’ont pas forcément le temps de s’interroger sur le comportement des plus difficiles », explique Oussoumane. « À Tamérantong ! on travaillait dans une ambiance familiale et dans le plaisir. _J’acceptais la discipline parce qu’au bout il y avait le spectacle. J’étais motivé ».

Pendant 6 ans, ce jeune, soutenu par les éducateurs de prévention, participe aux ateliers et acquiert confiance en lui « avant j’étais quasiment asocial, la compagnie m’a permis de m’exprimer autrement que par la violence. Ça m’a donné des bases pour être carré avec les autres ». Le regard des instituteurs a changé « Ils ne pensaient pas que j’aurais pu articuler, apprendre du texte, parler ailleurs que dans ma barbe. Ils ont changé d’avis en me voyant sur scène. Ils sont devenus plus cools. Au fond je n’étais pas un gamin méchant. Je calquais mon comportement sur ce que je voyais dans la rue et à la télé ». Jouer dans un spectacle fut une révélation : « Mes parents et éducateurs ont vu ce que je pouvais faire À part le foot, je n’avais aucun espace pour le montrer. Dans ma famille, on aime rire. Les spectacles m’ont gratifié. Ma mère commentait : “J’ai aimé la façon dont tu as joué telle scène”. Elle n’était pas habituée à ce qu’on lui renvoie une image positive de moi ». A 15 ans, alors qu’il a du mal à trouver sa voie, il devient stagiaire animateur à Tamérantong ! et suit parallèlement une formation à l’animation.

Aujourd’hui, Oussoumane, grand, sportif, posé, pull en laine crème, est emploi-jeune à Tamérantong ! Sa mission ? La coordination des familles, l’animation et la régie. Sur le quartier de Belleville, où il vit depuis toujours, il sert de lien entre les familles et la compagnie. « Un père africain refusait de laisser sa fille partir en tournée avec les Tamérantong !. Oussoumane, en lien avec la fondation Jeunesse feu vert, s’est chargé de convaincre le père d’autoriser sa fille à partir », explique Christine Pellicane. « Il est un peu comme le grand frère. Il est passé par les différentes étapes de Tamérantong ! et en est devenu un peu le porte-parole », ajoute-t-elle.

Oussoumane provoque la discussion avec les parents lorsqu’un enfant a besoin d’une attention particulière, s’il traîne dans la rue trop tard par exemple. Il est en contact permanent avec les éducateurs de la fondation Jeunesse feu vert implantée à Belleville depuis 1957. « Les éducateurs connaissent énormément de familles. Nous échangeons des informations, nous discutons beaucoup, la plupart du temps de manière informelle puisque nous nous croisons partout : dans la rue, à l’école… Chaque fois qu’il y a un problème entre l’enfant et la famille, nous faisons bloc ». Un travail en ville qui n’empêche pas Oussoumane de s’exprimer sur scène. Il est le cheval noir, très cabotin, de “Zorro el Zapato”


Dans le même numéro

Dossiers

La compagnie Tamérantong ! forme des enfants bien dans leurs baskets

En partenariat avec les enseignants et les travailleurs sociaux de Belleville à Paris et de Mantes-la-Jolie dans les Yvelines, la compagnie Tamérantong ! propose à des enfants de 6 à 12 ans, en difficulté scolaire, de jouer, danser, chanter et monter sur les planches. Les jeunes comédiens apprennent ainsi à s’exprimer autrement que par la violence et du coup réinvestissent l’école. Et, en plus, ils produisent un spectacle de haute qualité qui connaît un succès international. Une insertion par le théâtre réussie

Lire la suite…

Zorro el Zapato ! Théâtre, de Belleville à Mexico

« una comédia mousicala mexicana racontée et chantée par 24 coyotes de 6 à 12 ans »…

Lire la suite…