N° 859 | du 1er novembre 2007 | Numéro épuisé

Dossiers

Le 1er novembre 2007

Quand les sciences descendent dans la rue

Katia Rouff

Au pied des tours d’une cité d’Epinay-sous-Sénart (Essonne), l’association Les Petits débrouillards initie une trentaine d’enfants à la construction d’instruments de musique.Objectif : rendre la science accessible et ludique à tous.

15 heures, quartier des Cinéastes, au pied des tours. Depuis une semaine, le soleil et les enfants sont fidèles au rendez-vous fixé par les animateurs de l’association Les Petits débrouillards [1]. Ensemble, ils ont construit des instruments de musique à partir de matériel de récupération.

Aujourd’hui, ils donnent un concert pour clore le stage en beauté. Marilyne et Karidia, huit et neuf ans, deux petites débrouillardes délurées en tongs, s’affairent à la préparation de leur numéro. Elles vont chanter et danser, accompagnées de deux copines aux maracas et au tam-tam. « En une semaine, nous avons appris à fabriquer plein de choses, s’enthousiasme Marilyne, des maracas, des guitares, des tambours, des trucs électriques… » Karidia acquiesce tout en travaillant la chorégraphie et le chant, le poing fermé en guise de micro.

Assis en rond autour d’une animatrice, le groupe des plus jeunes (trois - cinq ans), répète son numéro de percussions. Les plus grands apportent une dernière touche de peinture à leur instrument ou le bichonnent : guitare constituée d’un manche à balai intégré à une cagette de légumes colorée et cordes en ficelle, batterie inventive (un tiroir de commode agrémenté de diverses boites de conserve, d’une bouteille en verre…), harmonica et flûtes en paille… Madjda, huit ans et demi, termine son instrument. « Mets du scotch si tu veux que ça tienne », lui conseille Djamel qui a conçu un violon avec une boite à chaussures, des ficelles, des élastiques et une bouteille en plastique. « Nous avons inventé plein de choses avec du matériel de récupération au lieu de le jeter », apprécie ce petit brun aux yeux rieurs.

Garé tout près, le bus itinérant de l’association propose une animation parallèle : la découverte des pôles, dans le cadre de la quatrième année polaire internationale. « Pourquoi les igloos sont-ils sphériques ? », « Qui habite dans l’Arctique ? », « Pourquoi les manchots ne volent-ils pas ? » Autant de questions qui ne resteront pas sans réponse.

Cité débrouillarde

Depuis onze ans, l’association Les Petits débrouillards prend ses quartiers d’été au pied des tours pour initier les enfants à la science de manière ludique et gratuite. Cette année encore, cinq mille jeunes vivant dans une cinquantaine de quartiers franciliens ont profité de l’opération Cité débrouillarde. Les animations sont réalisées en partenariat avec les associations locales.

Ainsi, à Epinay-sous-Sénart, Les Petits débrouillards travaillent toute l’année avec le dispositif de réussite éducative  [2], animant deux ateliers hebdomadaires autour de la découverte de la science. « Cette année, nous avons travaillé sur le thème de la ville, précise Julien Foussard, chargé de développement de l’Essonne pour l’association. Promenades, découverte de l’environnement, des services de la ville (mairie…), étude des cycles de l’eau… autant de moyens de revaloriser la cité aux yeux des enfants, de leur donner envie de sortir de leur quartier et de les impliquer dans la vie locale (Que pourrait-on faire pour que des choses qui ne nous plaisent pas changent ?). » Avec les adolescents, l’association aborde des sujets plus approfondis et travaille sur les sciences sociales.

Ainsi, dans le quartier des Pyramides à Evry (Essonne), a-t-elle soutenu des jeunes qui ont organisé et animé un débat sur le thème du racisme et des préjugés, face à une quarantaine de personnes. « Au delà de la sensibilisation du plus grand nombre à la science, nous souhaitons stimuler la curiosité des enfants et des jeunes, leur apprendre à se poser des questions, à réfléchir ensemble et à transmettre… », avance Julien Foussard.

Ainsi Marilyne, Karidia et les autres pourront montrer à leur famille et à leurs amis, comment construire un instrument de musique avec du matériel facile à trouver et gratuit. De même, les instituteurs et les animateurs des structures qui travaillent avec Les Petits débrouillards sur les ateliers hebdomadaires constatent que les enfants deviennent plus curieux et réinvestissent ce qu’ils ont appris dans leur travail scolaire ou leurs autres activités.

Animations pour tous

L’été, les animations de rue sont ouvertes aux enfants qui fréquentent les ateliers hebdomadaires de l’association Les Petits débrouillards mais aussi à tous les autres, notamment ceux qui ne partent pas en vacances. À Epinay-sous-Sénart, le financement de l’animation est assuré par le dispositif de réussite éducative ainsi que le dispositif Ville vie vacances qui regroupe la préfecture, le conseil général et la Caisse d’allocations familiales.

17 heures. Les enfants installent deux rangées de chaises rouges, face à la scène, pour le public constitué de parents, de petits frères et sœurs et de curieux. Le concert commence. Au micro, Aïssé présente les groupes qui se succèdent, rayonnants et très applaudis. Chaque enfant reçoit un CD sur lequel le concert a été enregistré. Concert qui se termine par le groupe de Marilyn et Karidia qui, très en forme, enchaînent les chansons et les danses, remercient le public de sa présence puis rendent, bien à regret, le micro.


[1Les Petits débrouillards Ile-de-France - 13/15 Allée Jacquard - 91000 Evry. Tél. 01 69 11 14 71

[2Ce programme fait partie du Plan de cohésion sociale et vise à donner « toutes les chances » à chaque enfant. Il propose une intervention éducative, culturelle, sociale et sanitaire, en dehors du temps scolaire et en priorité dans les zones urbaines sensibles, les réseaux d’éducation prioritaire et les territoires en grande fragilité économique et sociale


Dans le même numéro

Dossiers

« L’éducation populaire n’est plus portée par les grandes organisations »

Pierre Moreau, conseiller d’éducation populaire, syndiqué au syndicat inter-catégoriel EPA-FSU

Lire la suite…

Vers la démocratie participative

Pour Pascal Aubert, administrateur de la Fédération des centres sociaux de la Seine-Saint-Denis, l’éducation populaire doit soutenir le développement de la démocratie participative.

Lire la suite…

Une histoire de l’éducation populaire

L’éducation populaire milite pour une diffusion de la connaissance au plus grand nombre, afin que chacun puisse s’épanouir et agir dans la société. Jean-Marie Mignon, conseiller technique et pédagogique de la Jeunesse et des Sports et maître de conférences associé à l’IUT de Paris-XIII-Bobigny, revient sur cette démarche éducative si particulière.

Lire la suite…

Quelle place pour l’éducation populaire aujourd’hui ?

Issue de la Révolution française, l’éducation populaire porte une démarche ambitieuse : former des citoyens conscients et critiques, capables d’agir sur leur environnement pour le changer. Où en est-elle aujourd’hui ?

Lire la suite…