N° 1144 | du 25 juin 2014

Critiques de livres

Le 26 juin 2014 | Jacques Trémintin

Préhistoire de la violence et de la guerre

Marylène Patou-Mathis


éd. Odile Jacob, 2013 (208 p. ; 21,90 €) | Commander ce livre

Thèmes : Violence, Histoire

La guerre, les massacres ethniques, la violence comme mode de résolution des conflits sont tellement récurrents à travers l’histoire, que l’on peut se demander si l’espèce humaine peut s’en passer. Des questions taraudent les historiens, les philosophes et les archéologues : ces comportements ont-ils toujours existé ? La préhistoire montre-t-elle des traces de cette brutalité ? A-t-il existé un temps où les hommes ne s’entre-tuaient pas ?

Marylène Patou-Mathis, docteur en préhistoire, consacre une grande partie de son ouvrage à répertorier les nombreuses théories contradictoires élaborées, depuis deux siècles, pour tenter de répondre. Elle les confronte à la réalité des recherches de terrain. Et elle fait le constat du peu de traces d’actes de violence volontaire et de l’absence dans l’art pariétal de représentations les mettant en scène. Il a pu être établi, sur des os datant d’environ cinq cent mille ans, des preuves de handicap qui n’ont pas empêché ceux qui en étaient atteints de survivre, alors même que la dureté des conditions d’existence ne leur aurait pas permis d’y arriver s’ils n’avaient bénéficié de l’aide et de la solidarité de leurs congénères.

Faut-il en conclure à la prégnance de l’altruisme et à l’absence d’affrontements intercommunautaires, pendant des millions d’années ? S’il est difficile de trancher sur une période qui n’a pas laissé de trace écrite, le contraste est saisissant avec le moment où interviennent la sédentarisation liée à l’invention de l’élevage et de l’agriculture, l’apparition d’élites dirigeantes et des castes de guerriers, ainsi que le développement des inégalités. La transformation des communautés pacifiques en communautés guerrières n’a rien d’inévitable. La violence n’est pas inscrite dans les gènes de l’être humain. Elle est le produit de la société dont se dote, à un moment donné, une communauté.


Dans le même numéro

Critiques de livres

Abdulmalik Faizi, Frédérique Meichler et Bearboz

Je peux écrire mon histoire

Régis Meyran et Valéry Rasplus

Les pièges de l’identité culturelle

Haydée Sabéran

Ceux qui passent