N° 1184 | du 28 avril 2016

Critiques de livres

Le 28 avril 2016 | Jacques Trémintin

Pratiques artistiques et thérapie par l’art

Gérard Bonnefon


éd. Chronique Sociale, 2015, (335 p. – 19,50 €) | Commander ce livre

Thème : Maladie mentale

Les pratiques artistiques et culturelles des publics porteurs de handicap sont devenues aujourd’hui très courantes. Il n’est pas un établissement du secteur médico-social qui n’ait son atelier de peinture, sa chorale ou son temps d’expression corporel. Des festivals, expositions, spectacles mettent en scène leurs productions. Plusieurs ESAT à vocation artistique se sont même créées dans les années 1980.

Pratiques innovantes, pourrait-on penser, démontrant la créativité des professionnels. Le livre de Gérard Bonnefon nous fait découvrir que cette démarche est loin d’être contemporaine. Grâce à un travail de fourmi lui ayant permis de répertorier les plus anciennes traces de médiations par l’art, on mesure combien cette approche est ancienne : dès le 15e siècle, la tarentelle, musique dansée, est utilisée en I’Italie pour traiter les morsures de tarentule, accusées de provoquer une forte excitation ou un profond abattement.

Au 19e siècle, on voit se développer l’usage de la musique, du chant et du dessin dans les asiles d’aliénés comme support à l’expression des émotions et outils thérapeutiques d’apaisement. Si le théâtre utilisé par le marquis de Sade, durant son internement, refroidit Esquirol, cette approche en séduit bien d’autres. Concerts et danses sont régulièrement organisés à la maison de santé de Saint-Rémy-de-Provence. Bicêtre est connue pour sa chorale d’enfants. La fanfare musicale de l’asile de Quatre Mares (près de Rouen), forte de vingt cinq musiciens, ne compte que cinq pensionnaires.

Très vite, les pratiques artistiques viennent remplacer les distractions occupationnelles destinées uniquement à combler les vides de la journée. Il n’y a ni répertoire adapté, ni instrument spécifique, mais une mobilisation du patient englobant son engagement dans un projet, l’expression de sa créativité et la recherche de satisfactions émotionnelles. Le Tremplin, premier journal rédigé par des malades, paraît à la Maison de santé de la Ville Evrard, et ce dès 1848. Le 20e siècle franchit un nouveau pas, en cherchant à reconnaître spécifiquement les productions des patients, comme l’illustre l’ouverture du musée de la folie à l’asile de Villejuif.

Les surréalistes qui proposent une autre manière de penser, de représenter, d’écrire et de créer vont bientôt considérer la folie comme source de créativité. Certes, la maladie mentale peut parfois libérer la matière esthétique et le noyau lyrique immanent à la nature humaine, mais on ne devient pas artiste du simple fait d’être fou. Aujourd’hui, alors que se pose la question du changement de regard sur le handicap, deux orientations s’opposent, quant aux pratiques artistiques des personnes avec handicap : soit les réduire à une dynamique de repli identitaire, soit cultiver l’altérité, en considérant la déficience comme une particularité parmi tant d’autres.


Dans le même numéro

Critiques de livres