N° 873 | du 21 février 2008 | Numéro épuisé

Dossiers

Le 21 février 2008

Pour une plus grande mixité de quartier

Bruno Crozat

Le grand projet de ville (GPV) de la Duchère dans le IXe arrondissement de Lyon est le plus important des quatre GPV de l’agglomération lyonnaise. Il s’étend sur la période 2003-2012 et vise à rétablir une mixité de l’habitat en allant vers un rapport de 60 % de logements sociaux pour 40 % d’habitats privés.

En 2003, le quartier comptait 12 500 habitants pour 5 300 logements dont 80 % de logements sociaux et 20 % de copropriétés. La Duchère est un site exceptionnel de 120 hectares construit dans les années 60 sur l’une des trois collines de Lyon. Cette concentration de logements sociaux a fragilisé la situation socio économique de la population, l’immobilier s’est dévalorisé et les dysfonctionnements du quartier se sont accrus à partir des années 80. C’est une véritable reconfiguration qui passe pour faire de ce quartier un espace de vie plus attractif, plus ouvert, plus équilibré.

En 2012, 1 600 logements sociaux seront démolis et 1 600 nouveaux logements diversifiés seront reconstruits, favorisant la venue de nouveaux habitants et la mobilité résidentielle des Duchérois. Jocelyne Michel, habitante depuis plus de trente ans et membre du collectif d’habitants, s’interroge sur la validité de ce projet de mixité : « Comment les habitants qui ont déménagé à cause des démolitions vont-ils cohabiter avec les nouveaux venus ? C’est pourtant un enjeu essentiel pour l’avenir du quartier. Comment vont-ils faire pour ne pas les considérer comme des colons ? »

77 % de satisfaits — Pendant la première phase en 2003 et 2004, 605 familles ont été relogées suite à la démolition de trois barres d’immeubles. La deuxième phase touche 499 familles avec la démolition ou la réhabilitation des quatre autres barres. Depuis quatre ans, un dispositif signé par neuf partenaires parmi les politiques et les bailleurs sociaux pilote ce relogement. Il s’agit d’informer les familles et de respecter leur choix de relogement. Une enquête de satisfaction montre que 77 % des familles relogées en 2003 et 2004 se disent satisfaites des conditions de leur relogement.

L’enquête repose sur les réponses obtenues, c’est-à-dire le tiers des questionnaires envoyés aux familles. Le pasteur Bertrand Bosc dénonce la brutalité et le traumatisme infligés aux familles que l’on chasse de leur logement. « On déloge ceux qui sont bien quelque part, pour y mettre d’autres familles plus aisées. Le GPV a gommé un peu rapidement cette population de son esprit. Cette attitude ne peut générer que du ressentiment. »

Equipements publics — Le premier immeuble neuf a été livré en septembre 2007. Cette résidence de 69 logements accueillera des copropriétaires et des locataires de l’OPAC du Rhône. En parallèle à cette nouvelle offre de logement, un programme de 50 millions d’euros d’équipements publics vient renforcer l’attractivité du quartier. Deux groupes scolaires ont été reconstruits. En 2011, il y aura une bibliothèque, des locaux pour la Maison du Rhône, une Maison des fêtes et des familles, ainsi qu’un gymnase municipal et une halle d’athlétisme couverte.


Dans le même numéro

Dossiers

Les relogés au cœur des grandes manœuvres du renouvellement urbain

Le programme de renouvellement urbain de l’agglomération lyonnaise est l’un des plus importants de France. Plus de cinq mille familles changeront de maison en huit ans, contraintes et forcées. L’accompagnement de ces relogés est un enjeu social, politique et professionnel.

Lire la suite…

« Le relogement révèle des situations dramatiques »

Ryma Prost-Romand est chargée de mission à l’association régionale des organismes d’HLM de Rhône-Alpes. Elle coordonne en particulier le dispositif de relogement de Vaulx-en-Velin. Elle vient de publier Histoire (s) de relogement, un livre qui rassemble des paroles d’habitants et des regards de professionnels sur le relogement [2]

Lire la suite…

Un film sur les relogés

Corinne Marie est réalisatrice. Son association, Vipère au Poing, est son outil de travail pour à la fois produire des films et animer des ateliers vidéo. En 2006, elle a réalisé un documentaire de quarante minutes sur la démolition de cinquante-six logements à Rillieux-la-Pape, intitulé : Ne rien oublier en partant…

Lire la suite…