N° 1061 | du 3 mai 2012

Critiques de livres

Le 3 mai 2012 | Jacques Trémintin

Petit précis de bobards de campagne

Cédric Mathiot


éd. Presses de la Cité, 2012 (201 p. ; 19 €) | Commander ce livre

Thème : Politique

Le fact-cheking est une pratique médiatique qui nous vient des États-Unis. Il s’agit, non seulement de vérifier les faits qui sont cités par les responsables politiques, mais aussi d’établir la façon dont ceux-ci peuvent parfois les déformer. Les journalistes français n’ont pas tardé à suivre cette mode.

L’ouvrage de Cédric Mathiot reprend l’essentiel de la chronique « désintox » publiée par le journal Libération. Les hommes et les femmes politiques de tous bords prétendent dire la vérité, alors qu’ils mentent d’abondance, arrangeant la réalité selon leurs intérêts. Ainsi de Nicolas Sarkozy, champion toute catégorie, déclarant en novembre 2009 que la délinquance des mineurs avait augmenté de 5 % en un an. Vérification faite : elle avait baissé de 0,3 %. Devenu président de la République il se vantera, le 1er janvier 2011, d’avoir créé suffisamment de places d’accueil pour que personne ne soit obligé de dormir dehors l’hiver. Vérification faite auprès de la Fnars, 1 300 personnes n’ont pu être hébergées, rien qu’à Lyon. Ainsi de Marine Le Pen affirmant qu’un étranger arrivant à soixante-cinq ans en France toucherait automatiquement 750 € par mois. Vérification faite, depuis 2005, l’allocation de solidarité pour les personnes âgées ne peut être versée que sous condition d’une ancienneté de résidence de cinq ans. Ainsi de Claude Guéant affirmant que les deux tiers des élèves sortant sans qualification seraient composés d’enfants d’immigrés.

Vérification faite, le chiffre réel est de 16 %. Ainsi de Nadine Morano, secrétaire d’État à la Famille, affirmant qu’entre 2007 et 2010 les chiffres de la délinquance à Orléans auraient baissé grâce à la mise en place des conseils des droits et devoirs des familles, de 61 % en général et de 25 % pour les mineurs. Vérification faite, cette baisse n’atteint que 13 %. Ainsi de Christian Estrosi, maire de Nice, instaurant dans sa ville, en décembre 2009, le couvre-feu pour les mineurs de moins de treize ans. Satisfait de sa mesure, il affirme six mois plus tard que tous les week-ends, des enfants sont ramenés au domicile de leurs parents. Vérification faite, pas un seul ne l’a été. Ainsi de Ségolène Royal affirmant que 40 % des bénéficiaires des Restos du cœur seraient salariés. Vérification faite, ils ne sont que 15 %. Ainsi de François Hollande affirmant que la France est 24e sur 27, en Europe, pour le chômage des jeunes. Vérification faite, notre pays est à la dixième place.

Même si la complexité est l’ennemi du message politique qui doit frapper, les politiciens verront leurs affirmations de plus en plus décortiquées et vérifiées. Dorénavant, leurs généralisations abusives, leurs manipulations outrancières, leurs contre-vérités arrogantes et leurs chiffres tronqués ou inventés seront de plus en plus dénoncés.


Dans le même numéro