N° 1082 | du 15 novembre 2012

Critiques de livres

Le 15 novembre 2012 | Jacques Trémintin

Mon métier de père. Pourquoi est-il si compliqué d’élever ses enfants ?

Gilles Verdiani


éd. JC Lattès, 2012 (179 p. ; 13 €) | Commander ce livre

Thème : Education

Quand ils décident d’avoir un enfant, Gilles Verdiani et sa femme se considèrent comme des parents largement informés et instruits. Ferus de lectures parmi les plus recommandées sur l’éducation, ils se sentent préparés face aux enjeux de la parentalité. Ils vont pourtant connaître les mêmes déconvenues que bien d’autres familles.

Le récit que l’auteur nous en fait est à la fois plein d’humour et de réalisme. Il n’hésite pas, au risque de soulever un soupçon d’incompétence, de reconnaître les difficultés rencontrées : « Une femme qui ne vous aime pas, on peut s’en détourner. Une réussite qui vous fuit, on peut changer d’orientation. Mais des enfants qui ont décidé de vous pourrir la vie, ça ressemble à vingt ans de bagne incompressibles » (p.13). Ce n’est pas tant les premières années de son fils Angello qui vont poser problème, que la phase d’opposition dans laquelle il entre, à trois ans, provoquant chez son père des colères irrépressibles et la tristesse de constater combien un enfant jusque-là si affectueux et câlin pouvait se transformer en un si odieux personnage.

Les doctes conseils des spécialistes apparaissent alors comme une feuille de route bourrée de lacunes, d’absurdités et de contradictions. Le couple tâtonnera avant d’établir ses propres règles, écoutant, observant et accordant aux grands comme aux petits le droit à l’erreur. Ils renonceront à la doxa qui recommande de coucher et de laisser pleurer le bébé, sous peine de le condamner à des problèmes de sommeil toute sa vie. L’enfant atterrira dans leur lit régulièrement. Ils abandonneront la fermeté indéfectible tant recommandée. Céder, de temps à autre, apporte une trêve et une détente dans les relations familiales, sans que cela n’entraîne automatiquement et forcément chez l’enfant des abus ultérieurs.

Accepter les exigences de l’enfant, à l’issue d’une journée de confrontations, n’est pas tant le signe d’un laxisme coupable que de l’épuisement d’un père à bout de forces et d’arguments. Ils cesseront de croire à la malédiction professée par les psychanalystes voulant qu’un aîné haïsse toujours son puîné, avec qui il doit partager des parents qu’il avait jusque-là pour lui tout seul. Angello n’a jamais manifesté que des gestes de tendresse à l’égard de son petit frère. Ils ne chercheront pas à s’identifier aux fonctions paternelle et maternelle, adoptant de fait des rôles strictement identiques au quotidien.

Tous les bébés ne sont pas pareils. Tous les enfants n’ont pas les mêmes besoins de limites et n’ont pas le même rapport à l’interdit, affirme Gilles Verdiani, qui revendique l’individualisation de modalités éducatives dont la seule constante doit être dans la compréhension, l’indulgence et la bienveillance qu’on leur doit.


Dans le même numéro

Critiques de livres

Rachid Ben Bella, Sylvain Erambert, Riadh Lakhéchène, Alexandre Philibert, Joseph Ponthus

Nous… la cité. On est partis de rien et on a fait un livre