N° 823 | du 11 janvier 2007 | Numéro épuisé

Critiques de livres

Le 11 janvier 2007 | Jacques Trémintin

Les pères vont bien ! Comment les hommes affirment et assument aujourd’hui leur paternité

Catherine Sellenet


éd. Flammarion, 2005 (256 p. ; 15 €) | Commander ce livre

Thème : Parentalité

On nous le serine depuis quelque temps déjà : les pères ne seraient plus ce qu’ils étaient. L’image de leur carence hante les discours ambiants. Leur démission serait même à l’origine des actes d’incivilité d’enfants devenus incapables de structurer convenablement leur personnalité. Nous sommes entrés dans une ère de suspicion généralisée face à une fonction paternelle en déréliction.

Contre toutes ces sirènes de mauvais augure, l’ouvrage de Catherine Sellenet constitue un contrepoison bien venu. En s’attaquant au sens commun et aux idées reçues pseudo-scientifiques qui foisonnent en la matière, l’auteur ébranle toute une série de mythes. Et en premier celui que la psychanalyse a tant popularisé : le père aurait pour rôle premier d’intervenir en tant que tiers, afin de défusionner la mère et l’enfant. Ce concept apparaît daté d’une époque où les hommes ne se mêlaient guère de l’éducation des enfants et avaient surtout pour tâche de pourvoir aux revenus du ménage. En un temps où ils interviennent dans le quotidien de l’enfant et où près de 80 % des mères ont une activité salariée, cette représentation masculine spécifique n’est plus guère d’actualité. L’enfant dont les attachements sont multiples serait plutôt en interaction totale avec ses deux parents.

Autre préjugé : la dichotomie entre la maternité qui serait un fait brut du côté de la nature et la paternité qui relèverait avant tout de la parole, donc du côté de la culture. Pour exister, les pères doivent lutter contre l’intériorisation de ces modèles anciens. Chacun des parents peut jouer plusieurs rôles auprès de son enfant : à la fois ou successivement guide, interlocuteur, consolateur, confident, support narcissique.

Dernier mythe pulvérisé ici : l’attribution de qualités qui seraient spécifiquement maternelles ou masculines. C’est cette image du père comme homme fort, autoritaire, distant, directif, inspirateur d’un respect imposé par la peur. Les mères, elles, seraient spécialisées dans les câlins, les soins du corps, l’intime et l’intériorité, la disponibilité et la proximité. Un père peut faire autorité sans être autoritaire. « Exit la crainte du père ! Et bonjour, tendresse. » (p.161). On peut être papa poule, éprouver du plaisir au corps à corps avec l’enfant, souhaiter plus d’affectif et de complicité à son égard sans pour autant être dans la confusion avec la mère.

Il apparaît au final que les pères ont remplacé le père. Il n’existe plus de modèle unique ni de façon définie d’exercer cette fonction, mais une multiplicité de modalités entre deux extrêmes : l’absence totale et la pléthore de présence. « Penser que la place du père est tout aussi fondamentale que celle de la mère, c’est donner à ce dernier toutes les chances d’exister » (p.132). Ce n’est pas tant une nouvelle mode idéologique qui permettra de fonder cette conviction que le mouvement en marche d’égalisation des sexes tant dans la sphère professionnelle, scolaire que juridique.


Dans le même numéro

Critiques de livres

Sous la direction de Martine Gross

Homoparentalités, état des lieux