N° 1042 | du 8 décembre 2011

Critiques de livres

Le 8 décembre 2011 | Jacques Trémintin

Les nouveaux psys - Ce que l’on sait aujourd’hui de l’esprit humain

Sous la direction de Catherine Meyer


éd. Marabout, 2010 (789 p. ; 8,90 €) | Commander ce livre

Thème : Psys

Voilà un livre de poche dont le rapport qualité/prix est incomparable. Catherine Meyer, conceptrice du Livre noir de la psychanalyse, qui avait fait couler tant d’encre en 2005, récidiva trois ans plus tard, en arguant que la psychanalyse ne représentant plus à l’échelle mondiale que 2,5 % des travaux universitaires, il était inconcevable de passer à côté de ce que pouvaient proposer les autres recherches. Elle a donc demandé à de jeunes psys d’aller à la rencontre de trente-sept de leurs aînés particulièrement connus et reconnus pour leurs théories. Cela donne trente-sept chapitres courts et synthétiques composés sur le même schéma très didactique : un rappel des thèses principales de l’impétrant, son interview, suivie de quelques extraits de ses écrits. Avec, au final, une somme où chacun apporte sa pierre et son point de vue, ensemble qui n’est pas exempt de ruptures et de contradictions, comme il se doit dans toute réflexion qui relève non de la croyance mais d’un esprit scientifique ne cherchant à établir aucune vérité.

Il est impossible, bien entendu, de présenter près de huit cents pages en un résumé qui se voudrait exhaustif. On peut juste faire ressortir quelques coups de pinceaux, en laissant le lecteur aller découvrir par lui-même ce passionnant tableau de l’intelligence et de la diversité des interprétations possibles de la psyché humaine. Il y a d’abord la réaffirmation du rôle des gènes dans nos comportements, importance aussitôt tempérée par la place tout aussi essentielle attribuée à l’environnement et aux expérimentations individuelles qui nous construisent. Les déterminismes se trouvent ainsi largement équilibrés par le libre arbitre. Puis viennent les études sur l’intelligence et ses multiples formes qui recouvrent tant les compétences surtout valorisées par l’école, que celles si utiles dans le domaine artistique, en n’oubliant pas celles qui sont indispensables dans les métiers relationnels. Avec une question récurrente : pourquoi privilégie-t-on les seules capacités linguistiques et logico-mathématiques, au détriment de toutes les autres ?

Autres recherches tout aussi précieuses, celles portant sur la mémoire qui nous permettent de comprendre ce que recouvrent nos souvenirs et comment ils sont altérés, modifiés et détériorés par les informations survenues ultérieurement. Une place toute particulière est accordée au rôle de nos émotions dans nos décisions, tout autant qu’à l’articulation entre l’héritage génétique et le milieu culturel, historique et familial dans l’élaboration de notre tempérament. Vient enfin une longue partie consacrée aux multiples psychothérapies qui cherchent leur voie entre le comportementalisme et la psychanalyse.


Dans le même numéro