N° 1195 | du 10 novembre 2016

Critiques de livres

Le 10 novembre 2016 | Jacques Trémintin

Les controverses du travail social en France et en Allemagne

Béatrice Muller, Bruno Michon, Blandine Somot (sous la direction)


éd. L’Harmattan, 2015, (251 p. – 25 €) | Commander ce livre

Thème : Europe

Pour être voisines, la France et l’Allemagne ont chacune une histoire et une culture différentes marquées par la puissance du centralisme jacobin pour la première et le fédéralisme articulé au principe de subsidiarité pour la seconde. L’Hexagone fonctionne dans une logique descendante, l’initiative venant du haut, quand l’État central intervient uniquement en cas de carence du pouvoir local dans la culture germanique. Aussi, comparer leur action sociale relève-t-il d’une gageure. C’est pourtant bien ce que nous propose cet ouvrage qui décrit avec habileté les différences légales, réglementaires et professionnelles. Loin de vouloir transférer les savoir-faire d’un côté ou de l’autre, les auteurs pointent les écarts entre une Allemagne centrant le travail social avant tout sur la prévention, alors que la France s’appuie surtout sur une dimension bien plus curative.

En matière de protection de l’enfance, l’intervention au sein des familles pour les soutenir est privilégiée outre-Rhin, là où dans notre pays le choix se porte surtout sur le placement des mineurs, et la séparation d’avec leurs parents. Si l’action de l’équipe d’éducateurs de rue de la Menau à Strasbourg a permis l’interpellation des pouvoirs publics et la mise en place d’un contre-pouvoir des habitants incités à s’auto-organiser pour faire valoir leurs droits, cette approche est plutôt exceptionnelle, aucun module d’une quelconque école de formation ne préparant les futurs travailleurs sociaux à ce type de travail social sur le commun. En Allemagne, il est courant de développer le pouvoir d’agir visant l’émancipation des populations, les professionnels n’agissant pas « pour elles », mais «  avec elles ».


Dans le même numéro