N° 796 | du 11 mai 2006 | Numéro épuisé

Critiques de livres

Le 11 mai 2006 | Katia Rouff

Les clients de la prostitution, l’enquête

Claudine Legardinier & Saïd Bouamama


éd. Presses de la Renaissance, 2006 (272 p. ; 19,50 €) | Commander ce livre

Thème : Prostitution

En 2004, à la demande du Mouvement du Nid, le sociologue Saïd Bouamama a réalisé une enquête sur les clients de la prostitution. Elle avait pour principal objectif d’étudier l’ampleur et les caractéristiques des préjugés véhiculés sur l’homme en tant que client de la prostitution afin de mettre en place des messages de prévention. L’association a publié les résultats de cette enquête. Aujourd’hui, dans le livre « Les clients de la prostitution, l’enquête » Saïd Bouamama et Claudine Legardinier, reprennent les résultats de cette enquête avec des éclairages complémentaires, notamment le recueil de la parole des femmes prostituées. 95 clients ont accepté de parler de ce qui les pousse à recourir à la prostitution et de leurs justifications face à ce choix.

_ « Cette parole libérée reprend, avec une bonne conscience et une constance effrayantes, tous les clichés véhiculés par la société patriarcale : besoins sexuels masculins jugés irrépressibles et « naturels », femmes commodément classées en « maman » respectable et frigide et « putain » accessible et libérée », souligne le Mouvement du Nid. Le client se considère souvent comme une victime (carences affectives, manque de confiance en soi, femmes modernes trop exigeantes…) et tente d’occulter la réalité de la violence prostitutionnelle, « violence qui serait toujours le fait du proxénète, jamais du client normal ». Il tait la souffrance de la personne prostituée.

L’enquête relève aussi son incapacité à envisager toute relation égalitaire avec la femme. « Séduisante, redoutée, haïe parfois, la femme apparaît comme une « terra incognita » alors même que 70 % des clients sont ou ont vécu en couple. Dans cette perspective, le rapport marchand avec la personne prostituée est le miroir grossissant d’une impuissance masculine contemporaine à sortir d’un rapport dominant-dominé. » La permanence des rapports de domination est particulièrement lisible au fil des témoignages de personnes prostituées.

Enfin, l’ouvrage présente des expériences menées en Suède ou aux Etats-Unis pour responsabiliser le client et mettre en place une vraie politique d’éducation.


Dans le même numéro

Critiques de livres

Brigitte Peskine

J’entends pleurer, la nuit

Sous la direction de Jean Louis Le Run & all

Signaler et après ?