N° 947 | du 29 octobre 2009 | Numéro épuisé

Critiques de livres

Le 29 octobre 2009 | Patricia Delage

Le travail thérapeutique en psychiatrie

François Tosquelles


éd. érès, 2009 (168 p. ; 8 €) | Commander ce livre

Thème : Psychiatrie

Cet ouvrage, publié pour sa première édition en 1967, est ici réédité augmenté d’une introduction renouvelée, d’une préface et d’une postface. Disparu en 1994, François Tosquelles s’est attaché à participer à la modification des hôpitaux psychiatriques et à promouvoir la psychiatrie institutionnelle. Si les centres hospitaliers spécialisés que nous connaissons aujourd’hui existent, ils correspondent à une évolution de la prise en charge de la pathologie mentale depuis les années 1970 notamment avec la psychiatrie de secteur. Les prises de position de François Tosquelles, psychiatre, ayant travaillé au centre « La Candélie » dans le Lot-et-Garonne, favorisent toujours la réflexion de nos jours même si certains éléments peuvent paraître quelque peu marqués par le temps.

Pour rompre avec les pratiques en place, François Tosquelles s’appuie sur la mise au travail des patients. Les débuts de l’ergothérapie prennent forme tant pour le personnel soignant que pour la population accueillie dans les institutions. « Les activités thérapeutiques ne sauraient être conçues comme une simple occupation pour passer le temps, ou pour se distraire en attendant la sortie ou la guérison. La perspective de l’ergothérapie ne peut être par définition qu’une perspective médicale ». La possibilité de soigner devient ainsi dépendante non seulement du savoir du psychothérapeute mais également du comportement des infirmiers durant ce que le psychiatre nomme encore les « activités ergo ou ludothérapeutiques. » Le personnel soignant doit alors connaître les aspects à la fois techniques du travail proposé mais également des événements susceptibles d’être déclenchés par l’activité en termes de comportement neuromusculaire, d’habiletés nécessaires ainsi que les relations entre partenaires de travail, ce que Tosquelles nomme l’ergologie, littéralement étude du travail. Ce qui induit un choix précis des activités selon les types de pathologies.


Dans le même numéro

Critiques de livres