N° 921 | du 19 mars 2009 | Numéro épuisé

Critiques de livres

Le 19 mars 2009 | Katia Rouff

Le suicide des jeunes. Mourir pour exister

Virginie Lydie


éd. Syros, collection J’accuse ! 2008 (152 p. ; 7,50 €) | Commander ce livre

Thème : Suicide

« En s’éclatant les veines, on ressent ce besoin physique de sentir l’âme dans ses chairs, jusqu’à se vider de son sang », témoigne Emma 18 ans, hospitalisée à l’unité pour les adolescents suicidaires du centre Abadie à Bordeaux. A travers les automutilations et les tentatives de suicide, elle tente d’apaiser ses démons intérieurs. Sylvie, mère de Laura, 18 ans, hospitalisée dans le même service, s’interroge sur les raisons qui ont poussé sa fille à tenter de se suicider et vit dans l’angoisse d’une récidive. Chloé, 22 ans, a multiplié les conduites extrêmes et les tentatives de suicide. « Ce qu’on veut dans ces moments-là, c’est disparaître pour savoir si les autres tiennent à nous en se disant que, s’ils ne tiennent pas à nous, autant mourir », dit-elle.

Dans l’ouvrage Le suicide des jeunes, Virginie Lydie donne la parole à ses derniers et à leurs proches. Aux témoignages succèdent de nombreuses informations, analyses et statistiques. Chaque année en France, entre 500 et 600 jeunes âgés de 15 à 24 ans se suicident et plus de 165 000 personnes sont hospitalisées pour tentatives de suicide. 40 % des suicidants récidivent, souvent dans l’année qui suit leur première tentative et 10 % finissent par se suicider dans les dix ans. Si le nombre de jeunes suicidés a diminué depuis les années 90, celui des tentatives de suicide, lui, augmente dangereusement, surtout chez les filles. Pour comprendre ce triste phénomène, l’auteur envisage d’abord les explications d’ordre individuel et psychiatrique ou plus largement psychologique, avant de s’attaquer aux causes environnementales et sociales ainsi qu’aux addictions.

Le livre se clôt par un entretien avec Claude Guillon, co-auteur d’un livre qui fit scandale lors de sa sortie, Suicide mode d’emploi, qui plaide ici pour que la société assume ses responsabilités et ses torts… et un entretien avec le docteur Xavier Pommereau.


Dans le même numéro