N° 857 | du 18 octobre 2007 | Numéro épuisé

Critiques de livres

Le 18 octobre 2007 | Jacques Trémintin

Le livre noir de la condition des femmes

Sous la direction de Christine Ockrent


éd. Points poche, 2007 (777 p. ; 9,80 €) | Commander ce livre

Thème : Femme

On ne sort pas indemne de la lecture de cet ouvrage qui décrit le sort réservé à la moitié de l’humanité. On ne peut qu’être abasourdi par le tableau dressé. Ainsi de la pratique de la dot en Inde, au Pakistan ou au Bangladesh (céder une partie de sa richesse à sa belle famille, quand on marie sa fille) ou de l’enfant unique en Chine qui sont à l’origine du déficit de plusieurs millions de femmes dans la population. À l’origine de ce déséquilibre, les avortements sélectifs de fœtus féminin, les infanticides, la surmortalité dans l’enfance. Le continent asiatique a su réagir à cette pénurie sur le marché matrimonial (90 % des célibataires de 30 ans étant des hommes)… en organisant le trafic d’épouses.

Partout dans le monde, négliger les fillettes est une pratique souvent fatale : en les faisant passer après les garçons quand il s’agit de les nourrir, de les soigner, de les vacciner. La société patriarcale considère la femme comme un objet appartenant aux hommes qui exercent un contrôle sur leur corps, sur leur comportement sexuel, mais aussi sur leurs faits et gestes. La moindre suspicion ou rumeur de conduite immorale suffit pour justifier des crimes d’honneur dont sont victimes cinq mille femmes chaque année, sans que leurs auteurs soient le plus souvent inquiétés. Il est vrai que les policiers et juges chargés d’appliquer la loi, quand celle-ci existe, partagent la plupart du temps les convictions des familles « justicières ». Les viols sont en de nombreux endroits utilisés comme arme de guerre.

En temps de paix, certains pays incriminent les victimes, les accusant d’adultère. Au Mexique, une femme battue ne peut porter plainte que si ses blessures sont visibles pendant dix jours. Les agresseurs de mineures ne sont punis que si ces dernières peuvent prouver qu’elles n’ont pas fait preuve de provocation. Trafic et esclavage sexuels ont provoqué, rien qu’en Asie, au cours des années 1990, la mort de 33 millions de personnes, soit trois fois plus de victimes que la traite des esclaves en 400 ans. Le principe de masculinité est l’ordonnateur des rapports sociaux. Il oriente l’ensemble des lois sur la famille. Ainsi, la quasi totalité des législations arabes et africaines accordent des droits exorbitants aux hommes ou codifient l’infériorité des femmes. Partout dans le monde, celles-ci sont opprimées par la coutume, la religion et la tradition.

L’Occident ne fait pas exception en tout. Malgré les progrès importants de la condition féminine, les propos blessants, les paroles injurieuses, l’autoritarisme paternaliste, condescendant ou tyrannique, les contrôles, reproches et réprimandes, les humiliations, la jalousie maladive, le dénigrement, la dévalorisation, les cris, les menaces, les brutalités physiques et sexuelles sont très loin d’y avoir disparu, sans compter certaines inégalités encore flagrantes. Une petite note d’espoir pourtant, résultat d’une étude de la Banque mondiale : sortir du sous développement nécessite que régressent les discriminations et la soumission à l’ordre masculin.


Dans le même numéro