N° 725 | du 14 octobre 2004 | Numéro épuisé

Dossiers

Le 14 octobre 2004

La réinsertion professionnelle des handicapés psychiques

Propos recueillis par Guy Benloulou

Thème : Travail protégé

Travailler donne le sentiment d’être comme les autres [lire interview ci-dessous]. C’est pourquoi le travail reste le meilleur vecteur de réinsertion. Nous avons visité trois structures qui aident des personnes ayant des problèmes psychiques importants à se réinsérer : le centre d’aide par le travail de l’Élan (lire…) et deux entreprises d’insertion qui sont Treize voyages (lire…) et Sotres (lire…). Toutes trois recherchent un retour vers le milieu ordinaire pour ces personnes.

Un objectif très difficile à atteindre, ce qui est d’autant plus regrettable que 87 % des entreprises qui embauchent des handicapés sont satisfaites de leur choix. Néanmoins, grâce à ces structures, un certain nombre de personnes prises en charge repartent vers le milieu ordinaire et toutes apprennent à reprendre contact avec le monde du travail

Une récente enquête menée par l’association de santé mentale du XIIIe arrondissement de Paris (ASM 13), a montré combien il était difficile de réinsérer les personnes handicapées psychiques : maladies invalidantes, regard social, peur des entreprises d’embaucher... Au final, seuls quelques malades échappent au milieu protégé. Et pourtant, explique Clément Bonnet, psychanalyste, responsable d’ASM 13 : « L’idée d’être guéri recouvre soit le fait de ne plus avoir à prendre de médicaments, soit le constat de pouvoir travailler »

Quels sont pour vous les principaux écueils à l’insertion professionnelle des personnes handicapées psychiques ou malades mentales ?

Ces écueils sont extrêmement nombreux et il suffit de reprendre le résultat d’une étude qui a concerné 130 000 patients schizophrènes en France, en 1998, pour constater l’importance des obstacles à l’insertion professionnelle. En effet, pour ces patients qui sont majoritairement des hommes, plutôt jeunes, célibataires et seuls, huit sur dix sont inactifs et moins d’un sur dix a une activité en milieu ordinaire (étude Quemada). Ces résultats sont donc particulièrement démonstratifs. Ces difficultés tiennent bien sûr aux incapacités de la personne. Il faut préciser que les troubles schizophréniques ont souvent de graves conséquences au niveau cognitif (attention, concentration, mémorisation) et surtout au niveau relationnel (inhibition ou familiarité, mauvaise distance, retraits, hostilité). Ajoutons à cela toutes les difficultés qui tiennent aux effets secondaires des médications : fatigue, instabilité, maladresse gestuelle, tremblements.

L’importance de ces incapacités explique à la fois la difficulté d’accéder au monde du travail mais aussi au monde des travailleurs. Il est donc fondamental de donner toute sa place aux soins pour limiter ces incapacités, en particulier aux soins de réadaptation qui, malheureusement, sont encore assez peu développés en France (on compte, guère plus de 20 ateliers thérapeutiques sur tout le territoire). Rappelons que les soins de réadaptation cherchent à répondre aux incapacités. Dans le champ de la psychiatrie, les soins de réadaptation visent essentiellement à utiliser plusieurs médiations, dont le travail (en milieu rural ou industriel), qui peut être un très bon support pour amener à la possibilité de réaménagement psychique chez le patient lui permettant de réinvestir sa réalité interne et externe en particulier dans le cadre de thérapie de groupe. Il faut dire que, faute de soins de réadaptation, trop souvent des patients sont conduits à entreprendre des démarches pour une activité professionnelle alors que leur pathologie est encore trop active et que l’échec est dès lors constant.

D’autres écueils tiennent évidemment aux conditions d’accès au travail, à l’environnement professionnel. Il faut relever, en particulier, que les exigences professionnelles trop fortes, écartent les plus fragiles ; à ce titre, il faut dire que le travail à mi-temps est particulièrement intéressant pour les personnes qui souffrent de troubles psychiques. N’oublions pas également toutes les représentations sociales autour de la folie, autour des travailleurs handicapés qui compliquent bien évidemment les conditions d’accueil dans les milieux professionnels, quand elles font circuler des images de dangerosité. Relevons que les évolutions dans ce domaine sont assez nettes puisqu’actuellement les entreprises qui emploient des salariés handicapés sont satisfaites de leur choix dans 87 % des cas.

Pour ceux justement qui tentent de surmonter ces difficultés, quel regard portent-ils sur le retour au travail ?

À partir d’une enquête réalisée dans l’ASM 13, qui a concerné vingt patients souffrant de schizophrénie, nous avons pu constater que ces patients considèrent le travail selon deux registres principaux : soit le travail est considéré comme pouvant faire du bien : il joue alors une fonction de support social, donne une sensation de maintien d’une cohérence, de protection contre un trouble auquel il ne faut pas laisser le terrain libre, qu’il faut savoir canaliser. L’investissement du travail permet également à ces personnes de mettre à distance le vécu délirant et hallucinatoire et de se sentir moins agité. Ceci explique que vouloir travailler, c’est vouloir faire comme les autres et être comme les autres, d’autant que l’accès à un travail est souvent le signe d’une amélioration, le résultat d’un effort. Précisons que l’idée d’être « guéri » recouvre soit le fait de ne plus avoir à prendre de médicaments, soit le constat de pouvoir travailler.

Soit, le travail est considéré comme pouvant faire du mal. Le travail est vécu comme inaccessible du fait des troubles de la pensée et de la cognition, des difficultés de relation avec les autres, du manque de contrôle et de confiance. Il devient une sorte de déclencheur d’un processus morbide qu’il serait impossible de maîtriser. Les tentatives de travail se soldent par des échecs, se traduisent par des vécus douloureux, des arrêts de travail, des renoncements et souvent une vie sans travail. Cette vie sans travail est vécue de façon pénible mais parfois avec un certain soulagement, une sorte de délivrance.

Peut-on en déduire que pour eux le milieu dit protégé est préférable au milieu ordinaire ?

Nous avons vu que seulement un travailleur handicapé sur dix ayant une activité professionnelle l’exerce en milieu ordinaire. C’est dire l’extrême difficulté de cette modalité d’insertion qui représente pour nous tous un idéal d’intégration, de non-ségrégation. Il faut préciser que le milieu ordinaire est plus accessible pour les travailleurs handicapés qui sont plus jeunes, qui ont vécu moins d’hospitalisations avec des durées réduites et qui ont un niveau scolaire Bac ou plus, qui respectent leurs traitements et sont très autonomes. Le travail en milieu protégé est particulièrement bien adapté pour des travailleurs handicapés qui n’ont eu aucune formation professionnelle, qui n’ont jamais accédé au monde du travail et peuvent bénéficier de ces structures de travail où la dimension du soutien et de l’accompagnement est toujours présente (ceci permettant l’accueil de travailleurs productifs dont les difficultés psycho pathologiques interdiraient tout accès au milieu de travail ordinaire).

L’autonomie sociale de ces travailleurs est aussi beaucoup plus réduite, certains bénéficiant de mesures de protection. Les passages du milieu protégé au milieu ordinaire restent malheureusement faibles (environ 2 %) malgré des dispositifs souvent ingénieux et des accompagnements adaptés. Ces travailleurs ont des difficultés relationnelles qui les empêchent de s’adapter à des changements et à d’autres environnements plus exigeants. Le milieu protégé est vécu comme protecteur et rassurant.

Les traitements thérapeutiques peuvent-ils aider ou freiner cette réinsertion par le travail ?

Les traitements médicamenteux sont d’une aide indispensable le plus souvent en permettant au travailleur handicapé de se sentir moins angoissé, moins dépressif ou moins menacé. Le traitement peut permettre également un meilleur contrôle des moments de désorganisation interne, ou de déséquilibre de l’humeur et des troubles de l’attention.
À l’inverse, certains traitements peuvent être gênants quand ils entraînent une grande fatigabilité, des troubles de vigilance, une maladresse gestuelle ou une impatience qui empêche de rester au poste de travail.
Le plus souvent, les travailleurs concernés souffrent de leurs troubles depuis de nombreuses années et les traitements sont bien équilibrés.

Les moyens publics — financiers et autres — mis en œuvre pour cette réinsertion vous semblent-ils à la hauteur des besoins nécessaires pour réaliser dans les meilleures conditions cette réinsertion ?

Il est possible de faire beaucoup mieux car, comme nous l’avons dit, les résultats actuels sont très décevants pour les travailleurs handicapés psychiques. Il faudrait que soient possible des stages y compris non rémunérés en entreprise pour des durées limitées dans le cadre de mi-temps, ceux-ci pourraient redonner un peu d’espoir aux personnes, leur faire découvrir le milieu professionnel et changer le regard des travailleurs.
Il faut aussi développer toutes les mesures d’accompagnement et de tutorat en milieu ordinaire et faciliter l’ouverture du milieu protégé sur le milieu ordinaire.


Dans le même numéro

Dossiers

Le CAT de l’Élan offre une activité professionnelle qualifiante

Ce centre d’aide par le travail accueille 115 travailleurs souffrant de troubles psychiques. Plusieurs ateliers leur permettent de retrouver un rythme de travail et des relations sociales. Ils exercent une activité professionnelle qualifiante, même si elle est parfois loin de leurs rêves ou de leur précédent emploi

Lire la suite…

L’agence de tourisme Treize voyages

Entreprise d’insertion, l’agence de tourisme Treize voyages emploie des anciens patients du secteur psychiatrique et des personnes en difficultés sociales. Elle propose l’organisation de séjours de vacances aux établissements médico-sociaux et hospitaliers. Encourageant : trois personnes sur quatre trouvent un emploi stable à leur sortie

Lire la suite…

L’entreprise de bureautique SOTRES

« SOTRES me remet le pied à l’étrier pour rejoindre plus tard une entreprise », témoigne Maud qui a perdu son travail de secrétaire après une « dépression » dont elle souffre encore. Elle est salariée de SOTRES comme 27 autres personnes handicapées par une maladie psychique. Plus de la moitié d’entre elles finissent par trouver un poste de travail en milieu ordinaire

Lire la suite…