N° 1157 | du 19 février 2015

Critiques de livres

Le 19 février 2015 | Jacques Trémintin

La professionnalisation des assistants familiaux

Laurent Cambon


éd. ESF, 2013, (157 – p.19,90 € ) | Commander ce livre

Thème : Assistant familial

Le métier d’assistant familial, qui constitue de loin le plus gros effectif du secteur de la protection de l’enfance, a connu un long processus de professionnalisation depuis la première loi son activité, en 1977, jusqu’à celle de 2005 qui a créé le Diplôme d’État d’Assistant Familial. Drôle de profession, en vérité, que celle qui n’est soumise à aucune durée légale du travail, qui ne bénéficie d’aucun repos compensateur et dont le droit aux congés payés est soumis à l’accord du service employeur. Laurent Cambon décline avec précision les contours paradoxaux de ce métier en tension permanente entre affection et distance, entre contrôle et secret de l’intimité, entre travail individuel et équipe pluridisciplinaire, entre permanence et séparation, entre vie privée et vie publique, entre don de soi et salariat.

C’est qu’il n’est guère facile d’exercer une fonction parentale sans remplacer les parents, de voir son mode de fonctionnement familial exposé au regard extérieur, d’être critiqué tant pour son trop grand investissement que pour un manque de bienveillance. Certains travailleurs sociaux, qui ont pourtant rang de collègues, sont parfois vécus, par certaines familles d’accueil, comme surtout donneurs de leçons, mais pas vraiment dans le soutien. Certaines familles d’accueil sont perçues, par certains travailleurs sociaux, comme manquant de professionnalisme et surtout attirées par l’appât du gain. Quand on rajoute l’exigence, faite aux services de placement familial, de faire toujours mieux avec moins de moyens face à des populations en détresse de plus en plus grande, on mesure la complexité de l’exercice. L’auteur nous propose ici une analyse fine et pertinente du subtil équilibre à trouver entre la reconnaissance de la professionnalité et la prise en compte de la dimension personnelle immanente à l’exercice si particulier de ce métier.


Dans le même numéro

Critiques de livres

Florence Weber, Loïc Trabut et Solène Billaud (sous la direction)

Le salaire de la confiance

Pascal Mullard, Michel Cambon (illustrations)

Être animateur • Volumes 1 et 2