N° 661 | du 10 avril 2003 | Numéro épuisé

Critiques de livres

Le 10 avril 2003 | Patrick Méheust

La prévention dans tous ses états

Gilbert Berlioz


éd. L’harmattan, 2002 (163 p. ; 14 €) | Commander ce livre

Thème : Prévention spécialisée

C’est à une visite guidée de la prévention spécialisée dans son ensemble que nous invite l’ouvrage de Gilbert Berlioz. La genèse de ce champ spécifique de l’action sociale est intimement liée à la conception, dans les années d’après-guerre, de la jeunesse comme catégorie sociale à part entière. Cependant, les générations très étoffées issues du baby boom ont été constamment, surtout après 1970, confrontées au phénomène du chômage (en 1981, les 16-21 ans représentent 28 % des demandeurs d’emploi), ce qui renvoie à la question récurrente de la place que les adultes consentent à accorder aux jeunes dans la société.

Alors que les canons de la société de consommation exaltent les appétits les plus féroces, des processus d’exclusion sont puissamment à l’ ?uvre et écartent massivement les jeunes de la « dolce vita » consumériste. Ce mouvement de marginalisation suscite bien évidemment aigreur et révolte. Aussi, les années 70 seront-elles également celles de la contestation, de la confrontation, de la contre-culture et des contre-pouvoirs. Conséquence immédiate, la jeunesse se constitue en problème social ? Plus précisément, une population à risque commence à être identifiée. Il s’agit comme le spécifie une circulaire du 3/09/1960, « d’éléments a-sociaux ou anti-sociaux qui vivent isolés ou en petits groupes, refusant d’entrer dans tout autre groupement de jeunesse ». Nous sommes encore à l’époque où la prévention reste ancrée dans le cadre général des politiques en direction de la jeunesse.

Mais, bientôt, certains commencent à penser qu’il serait peut-être souhaitable de lui conférer un statut plus inspiré par des considérations médico-sociales. Les débats seront vifs entre les tenants de chacune des approches et les tiraillements entre les ministères concernés alimenteront largement les discussions de couloir. Les textes de 1972, finalement, entérinent la double tutelle DDASS/Jeunesse et Sports, même si dans les faits l’influence de la première prédomine. Durant la décennie 80-90, la prévention spécialisée est amenée à se pencher sur les problèmes complexes d’insertion des jeunes. Souvent « instrumentalisée » par les pouvoirs publics et critiquée lorsque les résultats sur le terrain ne sont pas à la hauteur des espérances, elle subit nombre de remous qui achèvent de la déstabiliser. Aujourd’hui, et alors que de nouveaux opérateurs ?uvrent à ses côtés sur le terrain, la prévention spécialisée doit, chaque jour, apporter la preuve de son utilité. On le sait, rien n’est jamais définitivement acquis ?

Le travail de synthèse de Gilbert Berlioz ne manque certes pas d’intérêt. On regrettera, peut-être, l’absence de perspectives pour l’avenir.


Dans le même numéro

Critiques de livres

Association « permis de vivre la ville »

Quartiers en mouvement