N° 889 | du 19 juin 2008 | Numéro épuisé

Dossiers

Le 19 juin 2008

« La musique est un outil de médiation entre parents et enfant »

Mariette Kammerer

Thèmes : Enfance, Musique

Depuis trente ans Chantal Groléziat propose des animations musicales dans les écoles et lieux d’accueil de la petite enfance dans une approche intergénérationnelle et interculturelle. Elle a créé l’association Musique en herbe [1]

« L’idée de recueillir des chansons et comptines en langue étrangère auprès des parents m’est venue il y a trente ans quand j’intervenais en PMI avec des mamans de toutes les nationalités », confie Chantal Groléziat, musicienne intervenante, qui a ensuite développé ce projet dans les écoles maternelles et primaires. « Les mères issues de l’immigration se sentent souvent étrangères et incompétentes face à la culture de l’école et n’osent pas toujours raconter les histoires et comptines de leur enfance ; de son côté, l’enfant s’adapte rapidement à la culture dominante et finalement la transmission culturelle ne se fait pas », constate la musicienne.

De formation classique en conservatoire, et populaire dans les fanfares et chorales de village, elle a enseigné brièvement dans l’Education nationale avant de s’orienter vers un travail d’animation : « Eveiller à la musique à partir de tous les supports : jeu vocal, instrumental, rapport au corps, à l’espace, à l’imaginaire, à l’image, à l’environnement sonore quotidien. » Précurseur dans ce domaine, elle intervient dans les écoles bien avant la création des Centres de formation de musiciens intervenants (CFMI). Elle travaille une quinzaine d’années pour l’association Enfance et Musique, avant de créer en 1996 Musique en Herbe, qui propose des formations destinées aux professionnels de la petite enfance et développe des projets interculturels en direction des parents dans les écoles et les centres de PMI.

« L’important est que la découverte du son et de la musique soit liée à quelqu’un de proche, soit une expérience affective ; c’est pourquoi chanter pour son enfant est très différent de lui faire écouter un disque. » Chantal Groléziat a consacré son DEA en sciences de l’éducation à une recherche sur l’audition des bébés et leur rapport à la musique. L’animatrice intervient dans les salles d’attente de centres de PMI, où elle rencontre les parents et propose des chansons, jeux vocaux, improvisations avec des instruments. « J’ai un rôle de médiateur entre les enfants et les adultes. »

Chantal Groléziat propose également aux parents d’enregistrer une chanson dans leur langue d’origine. En plusieurs années elle a ainsi recueilli un important répertoire qui a donné lieu à l’enregistrement de comptines du monde, éditées par la collection Didier Jeunesse. « Pour les enfants, ces projets de classe permettent une découverte de la musique à travers la voix et la langue de personnes proches, il y a une dimension affective. »

L’enseignant retranscrit les paroles avec l’aide des parents pour que les enfants puissent les apprendre. Ils découvrent qu’il existe différentes langues, que les mots ont un sens même si on ne le comprend pas. Certains enseignants en profitent pour leur parler des différences culturelles, de pays, de couleurs de peau. « Cela génère de la communication, de la curiosité. »

Les bénéfices de tels projets se font sentir à plusieurs niveaux : du point de vue social, par l’implication et la reconnaissance des parents ; du point de vue pédagogique, puisque les instituteurs utilisent les chansons pour aborder d’autres matières (histoire, géographie) ; et du point de vue linguistique : « Ces projets ont un effet direct sur l’expression orale des enfants, constate Chantal Groléziat, je me souviens d’une petite fille tamoule qui ne parlait pas un mot de français en classe et une semaine après que sa mère ait chanté, elle a osé s’exprimer en français devant les autres. »

Chantal Groléziat conduit ces projets dans plusieurs écoles de Seine-Saint-Denis, à raison d’une douzaine d’interventions par an, financées en grande partie par l’association Musique en herbe, grâce à des subventions de la DDASS 93 et du conseil régional. Ils ont donné lieu à la création de livres-CD réalisés par les enseignants et les enfants. Les conseillers pédagogiques en musique de Seine-Saint-Denis et le Pôle Voix ont souhaité développer ces actions et Chantal Groléziat a formé six dumistes (musiciens intervenants en milieu scolaire) qui ont mené des projets de collecte de chansons dans leurs écoles.


[1Association Musique en herbe - Tél : 01 48 40 66 19


Dans le même numéro

Dossiers

La musique s’invite à l’hôpital

L’association Musique et santé propose des ateliers et des animations en milieu hospitalier auprès de divers publics. Si l’objectif n’est pas thérapeutique, les bienfaits sur les patients sont indéniables

Lire la suite…

Toxicomanie : quand la prévention passe par la création musicale

Créer un groupe de musique avec des usagers de drogues, une expérience tentée par Step, lieu d’accueil pour usagers de drogues du quartier de la Goutte d’Or à Paris

Lire la suite…

Musique et travail social

La Fête de la musique, le 21 juin, est pour nous l’occasion de revenir sur les liens qu’entretient le social avec la musique. Nous sommes allés sur le terrain à la rencontre de professionnels qui travaillent au quotidien avec la musique. Qu’ils interviennent auprès de toxicomanes, de personnes âgées ou handicapées, ils sont unanimes pour affirmer que la musique permet une autre relation à l’usager tout en favorisant un travail rigoureux et en profondeur. Reportages et interviews

Lire la suite…