N° 624 | du 6 juin 2002 | Numéro épuisé

Critiques de livres

Le 6 juin 2002 | Jacques Trémintin

La destructivité chez l’enfant et l’adolescent

Jean-Yves Hayez


éd. Dunod, 2001 (264 p. ; 24,40 €) | Commander ce livre

Thème : Adolescence

Il ne faut ni diaboliser les jeunes ni en faire que des anges ou des victimes. Mieux vaut les considérer comme des êtres dont la maturation progressive les confronte au débat intérieur entre le bien et le mal, l’égocentrisme et la sociabilité, le respect des règles et des lois et la transgression.

Jean-Yves Hayez a écrit ici un véritable manuel de l’enfant destructeur et violent qui ravira le lecteur autant qu’il l’emplira d’effroi. D’une façon méthodique, il décrit le mode de fonctionnement du petit d’homme et les mécanismes psychiques qui le poussent aux actes de destruction. Bien sûr, il récuse les notions d’organisation ou de structure qui induisent l’idée d’un achèvement total. Car l’état du moment est toujours susceptible de se modifier, sans compter qu’un jeune réputé fonctionner normalement est fort capable, lui aussi, de traverser de mauvaises passes.

Jean-Yves Hayez dresse néanmoins un tableau clinique qui tente de regrouper un certain nombre de catégories : immaturité, psychopathie, vécu d’exclusion, délinquance, perversion, psychoses sont autant d’orientations qui font l’objet d’approfondissements méticuleux et passionnants. Bien que l’auteur s’efforce tout au long de son descriptif d’en appeler à une nécessaire et constante bienveillance de la part des intervenants sociaux, on ne peut s’empêcher tout au long de cette lecture d’être tenté de porter un nouveau regard sur les petits monstres que nous côtoyions jusqu’alors avec une certaine indulgence ! D’où, sans doute, une longue et détaillée première partie consacrée aux modes d’accompagnement de ces jeunes qui constitue un véritable hymne humaniste et généreux à l’action de l’adulte. « Un jeune avec qui l’on noue des relations fortes et positives et à l’éducation quotidienne duquel on se consacre avec enthousiasme et intensité, peut se sentir porté et retenu par des liens humains auxquels il attache de l’importance, avoir envie d’y donner le meilleur de lui-même, et cesser d’être un destructeur » (p. 61).

Pour autant, la sanction n’est pas oubliée. Elle fait l’objet d’un long développement qui en précise la portée et les limites. L’auteur distingue entre les impulsions irrésistibles et tyranniques qui aveuglent le sujet l’obligeant à contrevenir à la règle et ces actes posés en toute liberté et en conscience des conséquences induites, mais aussi entre les effets majeurs et ceux qui sont minimes. Il pose alors les échelles nécessaires de sanctions : depuis l’interdiction verbale jusqu’à la contention dans les cas extrêmes (incarcération) en passant par la pure et simple abstention (qu’il ne faut pas confondre avec le déni, la démission la passivité ou la complicité de l’adulte). Un livre foisonnant et d’une grande richesse à conseiller au lecteur désireux d’y voir plus clair dans ces comportements parfois si déroutants.


Dans le même numéro