N° 1194 | du 27 octobre 2016

Critiques de livres

Le 27 octobre 2016 | Jacques Trémintin

La comédie humaine du travail

Danièle Linhart


éd. érès, 2015, (158 p. – 19 €) | Commander ce livre

Thème : Organisation

La chronique de la déprofessionnalisation systématique des travailleurs est au cœur de l’histoire du travail salarié. Le management a toujours cherché à déposséder les professionnels de leur expérience, à limiter le plus possible leurs capacités à peser sur l’activité et à réduire leur maîtrise du processus de travail. Avec le même objectif : contraindre les salariés à se plier aux normes les plus rentables, du point de vue de l’employeur. Hier, le taylorisme avait réussi à découper le travail en tâches élémentaires, à le vider de toute prise d’initiative et dimension cognitive. La transformation des ouvriers en simples exécutants contribua à les exproprier de leurs biens principaux : leurs connaissances, leur savoir-faire et leur expérience.

À cette déshumanisation passée, répond la surhumanisation d’aujourd’hui. Les fragilités menaçant les performances étant une fois de plus diagnostiquées du côté des ressources humaines, les managers contemporains entendent faire plier les salariés au diktat des indicateurs, des procédures et des bonnes pratiques. Ces méthodes sont élaborées par des experts extérieurs et renouvelées, sans cesse, en fonction d’un environnement fluctuant. La professionnalisation n’est plus un atout, mais un obstacle. Le salarié doit être le relais fiable de la rationalité économique : standardisation, flexibilité, disponibilité, individualisation, mise en concurrence…

La souffrance au travail tient en partie au brouillage des repères et à la déstabilisation des ancrages acquis par les collectifs. C’est clandestinement que les salariés prennent des initiatives, tentent de recréer du sens à leur activité et se placent à distance du travail prescrit, en s’éloignant de la norme, du règlement et de la consigne, meilleure garantie pour préserver l’adaptabilité de leur tâche.


Dans le même numéro

Critiques de livres

Jacques Lecomte

Les entreprises humanistes

Christian Chauvigné, Philippe Lerouvillois, Jean-Luc Souchet

Travailler pour s’inclure : L’expérience d’ADC propretée

Marc Loriol et Nathalie Leroux (sous la direction)

Le travail passionné