N° 775 | du 24 novembre 2005 | Numéro épuisé

Critiques de livres

Le 24 novembre 2005 | Patricia Delage

La chaufferie de langue. Dispositifs pour ateliers d’écriture

Philippe Berthaut


éd. érès, 2005 (168 p. ; 11 €) | Commander ce livre

Thème : Écriture

« Ça sert à quoi un atelier sinon d’abord à chauffer la langue ? » Philippe Berthaut propose de le suivre dans son travail d’animation d’ateliers d’écriture, au travers des dispositifs qu’il utilise et qu’il invente. Il nous fait prendre connaissance d’un certain nombre de textes produits. Il a fait le choix de l’exposition d’une pratique et de méthodes employées. Pour lui, animer un atelier d’écriture n’a pas de lien direct avec la qualité d’être écrivain. Il ne s’agit pas de séances d’écriture au rabais. Il faut selon lui, revenir sur le rapport à la langue, un rapport avant tout personnel, en commençant par un travail sur le poème. « L’atelier d’écriture est le lieu par excellence où peut se déployer l’intelligence intuitive du monde, et où cette intuition peut inventer ses territoires. »

Nous le suivons dans une sorte de Tour de France de l’atelier d’écriture qui, tel un compagnon en cheminement, parfait son savoir-faire, renforce sa pratique, essaie, crée (parfois dans l’urgence) et se remet sur le travail. Document à vocation pédagogique dans le cas où l’on veut se lancer dans l’animation d’atelier d’écriture. L’alternance entre dispositif et produit réalisé par des « écrivants » rend d’autant plus lisible et relativement aisé à reproduire la pratique de l’auteur, qui, il ne faut pas l’oublier, est poète, chanteur et comédien à la base. Cela doit aider quand même.


Dans le même numéro

Critiques de livres

Jef Curvale, Dominique Delpiroux, Jiho

Sales gosses. Tribulations d’un éduc

Joseph Rouzel

La parole éducative