N° 953 | du 10 décembre 2009 | Numéro épuisé

Critiques de livres

Le 10 décembre 2009 | Jacques Trémintin

L’intervention sociale d’intérêt collectif

Cristina de Robertis, Marcelle Orsoni, Henri Pascal, Micheline Romagnan


éd. Presses de l’Ehesp, 2008 (301 p. ; 25 €) | Commander ce livre

Thème : Politique sociale

Cet ouvrage fait partie de ceux qui sont tout particulièrement affectionnés par les étudiants en travail social. Mais pas seulement. Il peut aussi être consulté tout au long des années de travail.

Il se divise en trois parties. La première s’intéresse aux dimensions théoriques de l’intervention sociale d’intérêt collectif (ISIC). La seconde se consacre à 33 situations de terrain mettant en application cette approche et propose de les classer dans une typologie. La dernière partie de l’ouvrage se présente comme un véritable manuel méthodologique fournissant de nombreux outils d’application, utiles pour tout professionnel souhaitant se lancer dans une démarche d’ISIC. Cette recension se consacrera à la première partie et laissera au lecteur le soin de découvrir les expériences pratiques et les étapes d’élaboration technique.

Un certain discours tend à présenter ces pratiques collectives comme particulièrement innovantes. C’est là une illusion d’optique : elles sont nées avec le travail social. Surtout conceptualisée en Amérique, leur théorisation a certes eu du mal à franchir l’Atlantique. Mais, dès les années 1950, des séminaires organisés par l’ONU tentent de les diffuser. Elles seront le point d’appui de tous ceux qui accuseront la société de vouloir psychologiser les problèmes sociaux, en les réduisant à des difficultés avant tout individuelles, sans aucun lien avec l’environnement sociétal.

Ce sont les bouleversements des conditions d’exercice du travail social intervenant à l’orée des années 1980 qui vont favoriser leur réémergence. Les mutations socio-économiques, la décentralisation et les transformations des politiques sociales contribuent à changer la donne. L’action des institutions et des intervenants sans le public dans une logique de « faire pour » commence à perdre toute légitimité, au moins dans les représentations. L’action militante d’intervenants avec le public, sans (voire contre) les institutions, n’apparaît guère réaliste.

Ce qui tend à s’imposer, c’est la vision d’une action commune entre les intervenants, l’institution et le public. Une action qui se trouverait au croisement de l’ingénierie sociale et de la dynamique participative des usagers. Le fondement de la position du professionnel « n’est pas là pour apporter des solutions, mais bien pour les construire avec les personnes à partir de leurs souhaits, leurs projets et leurs capacités » (p.19). Mais ce « faire avec » se heurte trop souvent à l’hésitation des professionnels à se lancer, mais aussi à la volonté des institutions de tout maîtriser et de tout formaliser, dans un souci d’éviter tout dérapage.


Dans le même numéro