N° 934 | du 25 juin 2009

Critiques de livres

Le 25 juin 2009 | Jacques Trémintin

L’institution incertaine du partenariat

Philippe Lyet


éd. L’Harmattan, 2008 (236 p. ; 24 €) | Commander ce livre

Thème : Institution

Le partenariat est devenu le nouveau leitmotiv à la mode. Pourtant, il ne suffit pas d’inciter les acteurs issus d’institutions distinctes à travailler ensemble et à construire conjointement des normes communes, pour réussir à produire de la gouvernance partenariale. On le savait empiriquement. Philippe Lyet nous en fait ici une démonstration conceptuelle implacable et talentueuse.

La résistance se produit d’abord du côté des acteurs de terrain qui, voyant leur identité malmenée, sont confrontés à des conflits d’intérêts et s’interrogent sur le sens des projets élaborés sans eux. Mais le décalage provient tout autant des décideurs institutionnels, quand ils peinent à accompagner et à diffuser les initiatives, pourtant réussies, auprès des autres intervenants et services. Certes, le partenariat produit une dynamique instituante : des valeurs sont partagées, des conceptions sont débattues, des projets sont co-construits. Mais ce mouvement est aux antipodes des institutions traditionnelles dont le fonctionnement profondément antidémocratique s’appuie sur la toute-puissance des directions et le mépris de la capacité créatrice et organisatrice des personnels.

Or, « les acteurs et groupes sociaux sont de plus en plus réticents aux logiques du commandement hiérarchique, de l’imposition de valeurs et de représentations du monde par un tiers institutionnel » (p.38). Ce qui distingue justement le partenariat marqué par une logique moins monolithique, moins globalisante, plus mouvante et plurielle. Ce qu’il institue n’est pas garanti par un ordre supérieur descendant. Il propose de passer de l’autorité directe verticale au contrat, à l’échange et à la mise en commun. L’action ne peut s’engager qu’à condition que les acteurs s’apprécient et se comprennent, s’approprient les orientations et les moyens et les investissent, en leur donnant du sens. Chacun apprend à collaborer à une action qui nécessite un passage de relais. Cette communauté se construit sur la base de liens personnels, d’engagements réciproques, de confiance, d’intercommunication et d’intercompréhension. L’articulation des compétences et des prérogatives s’expérimente et se confirme sur le terrain. Elle n’est pas pensée a priori, mais rationalisée a posteriori.

C’est bien pourquoi, « il est vain d’attendre des coopérations partenariales qu’elles soient autre chose que des institutions incertaines » (p. 98). C’est cette incertitude et ses espaces peu régulés, peu stabilisés, échappant aux contrôles et autorisant de ce fait la déviance créative qui rend justement possible le partenariat. Pourtant, c’est cette même contingence qui le précarise et le déstabilise. Sortir de ce paradoxe nécessite de créer des institutions coopératives, délibératives, fonctionnant sur la base d’une éthique de la discussion, conclut l’auteur. Y’a du boulot !


Dans le même numéro

Critiques de livres

Sous la direction de Christian Hoarau & Jean-Louis Laville

La gouvernance des associations

Fanny Guillon

L’effondrement