N° 667 | du 22 mai 2003 | Numéro épuisé

Critiques de livres

Le 22 mai 2003 | Jacques Trémintin

L’homosexualité à l’adolescence

Anne Vaisman


éd. La Martinière Jeunesse, 2002 (110 p. ; 10 €) | Commander ce livre

Thème : Homosexualité

Voilà un ouvrage qui devrait venir garnir toute bibliothèque à destination d’une jeunesse qui se respecte. Il s’adresse directement aux adolescents et aborde ce sujet avec intelligence et pertinence. L’explication est claire, sans détour et remet à sa juste place les préjugés et fausses informations.

L’homosexualité s’accepte de mieux en mieux, affirme-t-on souvent. Mais ce mieux n’a pas fait disparaître toutes les difficultés. Être ado n’est déjà pas facile, mais être ado homo l’est encore moins. Ce qui pose problème et fragilise ce n’est pas tant l’homosexualité, que les craintes qui l’accompagnent. S’il ne faut pas dramatiser, il ne faut pas non plus banaliser. Ce n’est là ni un défaut de fabrication, ni une maladie et ça ne se soigne pas. Aucune cause vraiment identifiable n’a pu être établie à son propos. Cette attirance pour un être du même sexe ne fait pas partie des préoccupations que l’on confie facilement à sa famille ou à ses amis étant donnée la foule d’idées négatives qui y sont rattachées. Elle se distingue radicalement du transsexualisme ou de la pédophilie et peut prendre bien des formes : occasionnelle ou régulière, exclusive ou bisexuelle, personne ne la vit d’une façon identique. C’est au moment de la puberté que les questions se posent (comme sur beaucoup de sujets à un âge où on cherche sa personnalité).

De l’exploration de tous les possibles sortira alors un choix de vie. Si le jeune confirme cette voie, se posera la question de la rendre publique. Car « bâillonner ses sentiments et ses émotions revient à réduire au silence l’une des parties les plus importantes de soi-même » (p.57). Mais mieux vaut s’abstenir d’en parler à sa famille si ses parents sont rigides : il convient alors peut-être de remettre à plus tard cette révélation. Reste ensuite à s’accepter. Mais être pour un homo bien dans sa peau, il faudrait avoir des raisons d’être fiers. Ce n’est malheureusement pas le cas, la tolérance en la matière étant loin d’être généralisée. Tout au contraire, la société a tendance à rejeter la marginalité. Il faut alors accepter qu’on ne pourra sans doute pas vivre la même vie qu’un hétérosexuel (fonder une famille, se marier etc.), relativiser et dédramatiser sa différence et affirmer positivement son orientation.

L’ouvrage consacre de nombreuses pages au mode de vie homosexuel. Avec beaucoup de retenues et de pudeur, mais aussi avec un langage vrai et honnête, il aborde le milieu gay et lesbien, l’amour et la drague : « Tout dépend en fait des individus : il y a des homos coincés et des hétéros très coquins ? Tout est question de caractère, de sensualité d’éducation aussi » (p.95). Un livre qui a donc l’immense avantage de faire tomber bien des idées reçues et qui contribue, par son style décontracté et humain à apaiser un débat souvent dramatique pour les adolescents.


Dans le même numéro