N° 1210-1211 | du 29 juin 2017

Critiques de livres

Le 29 juin 2017 | Jacques Trémintin

L’effroi

François Garde


éd. Gallimard, 2016, (301 p. – 20 €) | Commander ce livre

Thème : Citoyenneté

Première à l’opéra Garnier : le maestro rend hommage à Hitler, par un salut nazi, le jour anniversaire de la naissance du tyran. Stupeur dans la salle. Un violoniste se lève et tourne le dos à la salle, bientôt suivi d’autres musiciens. Égrenant, tel un journal de bord, les heures et les jours qui suivent cet évènement, le lecteur se glisse dans la peau d’un héros involontaire que rien ne destinait à endosser un tel rôle. Quatre secondes de vie qui vont bouleverser une existence, projetant au devant de la scène, un homme installé jusque là dans l’anonymat et la routine. Le roman plonge dans différents univers qui n’étaient pas destinés à se rencontrer : celui des musiciens d’orchestre symphonique, celui de médias prompts à porter au devant de la scène celui qu’ils oublieront la semaine suivante, celui des enjeux de pouvoir qui baignent les institutions. Et puis, il y a ce cheminement d’un homme qui n’a jamais pensé au contrecoup de son acte, mais qui a réagi instinctivement et spontanément, comme son éthique le lui a dicté.


Dans le même numéro

Critiques de livres

Classe de Bac Pro Aqua et Aline Nevez

Carnet d’exil de Khairollah

Caroll Klein

La vie de Passages…

Oscar Lalo

Les contes défaits

Matthieu Angotti et Robin Recht

Désintégration

Raynal Pellicer et Titwane

Brigade des mineurs