N° 1119 | du 26 septembre 2013

Critiques de livres

Le 26 septembre 2013 | Jacques Trémintin

L’éducation spécialisée. Fondements, pédagogies, perspectives

Gérard Bonnefon, Philippe Clément, Joseph Veil, Claude Wacjman


éd. Chronique sociale, 2013 (176 p. ; 15,80 €) | Commander ce livre

Thème : Histoire

On a coutume d’affirmer que le travail social en général et l’éducation spécialisée en particulier ne posséderaient pas un corpus théorique suffisamment élaboré, pour prétendre à une pleine légitimité. La discussion s’éternisera pour confirmer ou infirmer une telle assertion. Mais ce qui sera difficilement contestable, c’est les valeurs fortes dont ils sont porteurs. Et c’est à leur description que s’attachent Gérard Bonnefon et trois autres contributeurs en identifiant et présentant toutes les sources d’inspiration d’une profession qui s’est construite au cours des années dans la revendication de la dignité de l’être humain.

C’est dans l’anthropologie qu’elle plonge ses racines, celle de Darwin, d’abord, qui montre que l’homme est soucieux de l’autre et du lien social. Celle de Freud, ensuite, affirmant que l’éducation, l’altruisme et les penchants sociaux sont au cœur de la civilisation. Celle de Marcel Mauss, enfin, faisant du don et de la réciprocité les véritables moteurs des relations humaines. Puis, viennent les grands pédagogues visionnaires réfléchissant en avance ou parfois même en porte-à-faux avec leur époque, tels un Condorcet convaincu de la perfectibilité de l’être humain ou encore un Rousseau élevant l’individu à sa dimension de citoyen.

Ce seront ensuite les précurseurs de la prise en charge des enfants différents : Jean-Marc Itard assurant l’éducation de Victor de l’Aveyron, Edouard Segui élaborant le premier système médico-pédagogique à l’intention des enfants enfermés dans les asiles, le docteur Bourneville fondateur de l’école-asile de Bicêtre, première institution à destination des enfants réputés inéducables (« gâteux, idiots, arriérés et épileptiques »). On ne compte plus les initiatives qui fleurissent au XXe siècle s’inscrivant dans la continuité d’une pédagogie respectant l’individualité de l’élève, cherchant son éveil et son épanouissement : bien sûr Alexander Neil et son école de Summerhill, Maud Mannoni et son école expérimentale de Bonneuil, Célestin Freinet et son école moderne, Fernand Oury et sa pédagogie institutionnelle.

Bien d’autres sont moins connus, comme l’école de Barbiana, en Italie, proposant la coopération plutôt que la compétition ou Michel Couade, ce psychiatre offrant l’accès à la culture aux malades mentaux de son hôpital psychiatrique. La démarche auprès des plus fragiles physiquement ou psychiquement rejoint l’approche déployée auprès des plus démunis socialement : libérer de l’ignorance par l’expérimentation, l’intégration et la rencontre et réduire les inégalités en favorisant la réciprocité, le « faire ensemble » société et la citoyenneté.


Dans le même numéro

Critiques de livres

Jacques Loubet

Le savoir-faire éducatif