N° 831 | du 8 mars 2007 | Numéro épuisé

Dossiers

Le 8 mars 2007

L’atelier de confection d’objets relais, maison d’arrêt de Bordeaux Gradignan

Patricia Delage

Créé en 1998 à l’initiative de personnes issues du milieu médical, le Relais enfants-parents Aquitaine (REPA), appartenant à la Fédération des relais enfants-parents (FREP) [1] a pour objectif le maintien du lien parents/enfants malgré la détention. Cette action est liée au temps de l’incarcération et prend fin avec la libération du détenu. Pour ce faire, plusieurs initiatives ont été mises en place :

- l’accompagnement des enfants au parloir quand la famille ou l’entourage ne peut le faire, après accord du juge et de l’autre parent ou du substitut parental.

- l’accompagnement de bébés vivant auprès de leur mère incarcérée dans des crèches extérieures.

- des entretiens individuels et des groupes de parole avec quatre à cinq détenus dans un centre de détention de la région pénitentiaire, organisés chaque semaine en alternance. Les axes de discussion y sont centrés sur la parentalité : situations particulières, exposés de problèmes familiaux, des difficultés relationnelles ; espoir et renoncement, stimulations et encouragements se révèlent dans une dynamique porteuse d’ouverture et de restauration des liens. Pour compléter son intervention, l’association organise, en maison d’arrêt, des ateliers de confection d’objets relais
 [2].

L’incarcération sépare physiquement la personne concernée de sa famille et donc de ses enfants. L’entourage se vit également privé de liberté, de relations et se sent lui aussi en prison. C’est pourquoi il apparaît essentiel de maintenir le lien, lorsqu’il n’y a pas de contre-indications d’ordre juridique, entre les enfants et le parent incarcéré. La volonté de l’activité atelier de confection d’objets relais s’attache ainsi à prendre en compte les personnes dans leur globalité dans un univers certes particulier, à ne pas isoler le comportement parental malgré le contexte de la détention.

L’organisation des ateliers

La mise en place de ce projet a été finalisée grâce à l’accord favorable de la direction de la maison d’arrêt. Le déroulement de l’atelier s’appuie alors nécessairement sur une relation de partenariat avec cette institution et sur le travail préalable des membres du Service pénitentiaire d’insertion et de probation (Spip), interlocuteur privilégié pour le Relais enfants-parents. Les membres du Spip informent les détenus susceptibles d’être intéressés, établissent la liste définitive des participants. Ces derniers doivent s’inscrire pour pouvoir participer à l’activité. Il est important qu’il y ait au départ une démarche personnelle volontaire des détenus et non pas une désignation qui serait vécue comme une obligation et, en cela, préjudiciable aux objectifs poursuivis. Un groupe de dix personnes est constitué pour une durée de trois mois à raison d’une séance hebdomadaire de deux heures et demie.


[1Fédération relais enfants-parents - 4-6, rue Charles Floquet - 92120 Montrouge. Tél. 01 46 56 79 40

[2Projet pédagogique de l’association


Dans le même numéro

Dossiers

Maintenir les liens parentaux en prison

Depuis 1998, le Relais enfants-parents Aquitaine intervient en prison pour que les liens entre parents et enfants soient maintenus malgré l’enfermement. De l’accompagnement des enfants au parloir à l’animation d’ateliers dans lesquels les pères confectionnent des jouets, les intervenants tentent de préserver le comportement parental

Lire la suite…