N° 1182 | du 31 mars 2016

Critiques de livres

Le 31 mars 2016 | Jacques Trémintin

Il m’a volé ma vie

Morgane Seliman


éd. Xo Document, 2015, (237 p. – 16,90 €) | Commander ce livre

Thème : Violences conjugales

Cet ouvrage provoque tant l’incrédulité que l’effroi et la consternation. L’incrédulité d’abord, parce qu’on a du mal à comprendre que des mécanismes d’emprise puissent à ce point maintenir un être humain sous la domination brutale et inhumaine d’un autre. L’humiliation, les coups répétés, la soumission décrits ici vont durer près de quatre ans… une éternité avant que Morgane Seliman ne réagisse.

L’effroi, ensuite : la description qui est faite de la violence conjugale est hallucinante. Loin de tout voyeurisme, le récit nous fait entrer dans un quotidien terrifiant. Mais il faut aller jusqu’au bout de ce témoignage, pour prendre conscience d’une réalité qui perdure, malgré toutes les campagnes de prévention et d’information. La consternation, enfin : dès lors qu’une prise de conscience émerge chez cette femme et qu’elle est prête à demander de l’aide, ce soutien n’arrive pas. Certes, nombre de perches lui ont été tendues autour d’elle. Elle ne s’en est pas saisie.

Quant aux institutions censées la protéger, elles se montreront défaillantes. La gendarmerie ? Elle banalise la situation et refuse d’intervenir. La justice ? Elle ne réquisitionne pas auprès de l’opérateur les preuves des harcèlements téléphoniques. L’Éducation nationale ? Elle transmet des coordonnées permettant de retrouver cette femme battue, quand elle et son fils se réfugient en province. Un enchaînement de dysfonctionnements qui donnent le sentiment d’un amateurisme et d’un laxisme bien loin des intentions affichées de lutte résolue contre la violence faite aux femmes.

L’auteure bénéficiera, en revanche, de l’action déterminante de l’assistante sociale et de la psychologue de l’association Du côté des femmes. Ce livre vaut d’être lu, pour son témoignage intense, bien sûr ; mais aussi pour mieux comprendre ce qui se passe dans la tête d’une victime et s’interroger sur les étonnantes défaillances institutionnelles.


Dans le même numéro

Critiques de livres

Swan Ngyen, (avec la participation de Julia Garant)

Du prince charmant à l’homme violent

Marie-Dominique Wilpert, avec Martine Bodénant, Catherine Douyère, Claire Dubost et Evelyne Guillot

Droit de refuge pour les femmes et les enfants