N° 709 | du 13 mai 2004 | Numéro épuisé

Dossiers

Le 13 mai 2004

« Il est aujourd’hui urgent d’accueillir dignement les demandeurs d’asile »

Propos recueillis par Katia Rouff

Pierre Henry, directeur général de France terre d’asile [1]

Avec le centre d’action sociale protestant, vous réclamez l’harmonisation de l’accueil, l’orientation et l’hébergement d’urgence des demandeurs d’asile en Ile-de-France. Pourquoi ?

La région Ile-de-France, première région industrielle et économique du pays, constitue un lieu d’arrivée central pour les demandeurs d’asile. On y recense ainsi près de 55 % de la demande d’asile nationale dont plus de la moitié converge vers Paris [2]. Le département de Paris est à ce jour le seul à avoir mis en place un dispositif d’envergure concernant tant la prise en charge globale des familles, que l’accueil, l’orientation, la domiciliation et l’hébergement d’urgence des demandeurs d’asile isolés. L’absence de dispositifs équivalents dans la plupart des autres départements d’Ile-de-France contribue à attirer vers la capitale des personnes et des familles qui espèrent y trouver un accueil.

Le dispositif parisien se trouve aujourd’hui au bord de l’asphyxie. Entre la saturation des centres d’accueil liée au manque de moyens consacrés par les pouvoirs publics et l’accompagnement social de plus en plus sommaire des demandeurs d’asile, conséquence directe de cette saturation, les conditions d’accueil des demandeurs d’asiles se sont considérablement dégradées depuis quelques années. France terre d’asile et le centre d’action sociale protestant gèrent des dispositifs d’accueil et d’hébergement à Paris et en Ile de France. France terre d’asile en gère également sur l’ensemble du territoire. Les deux associations estiment qu’il est aujourd’hui urgent d’élaborer un dispositif susceptible d’accueillir dignement les demandeurs d’asile tout en leur garantissant l’accès à leurs droits les plus élémentaires.

Quelle forme prendrait le dispositif que vous vous proposez de piloter ?

La régionalisation de l’accueil suppose la mise en place dans chaque département d’Ile-de-France de plates-formes d’accueil, d’orientation et d’hébergement d’urgence pour les demandeurs d’asile. Elles constitueront un lieu de premier accueil, d’information et de premier enregistrement en vue des démarches officielles auprès de la préfecture puis de l’Office français de protection des réfugiés et apatrides (OFPRA). Elles proposeront un service de domiciliation administrative en vue des démarches auprès de la préfecture et à la CPAM ainsi qu’une première évaluation sanitaire en lien avec les services médicaux institutionnels ou associatifs. Elles seront un lieu d’accès à un premier hébergement et aux droits sociaux, et réaliseront un accompagnement administratif et juridique en lien avec les partenaires institutionnels et associatifs dans le cadre de leurs missions habituelles.

Les capacités d’accueil du dispositif régional doivent être établies de façon concertée sur la base notamment de l’observation des flux d’arrivée ainsi que sur celle des tableaux de bords établis par les plates-formes. À partir de leurs observations actuelles, France terre d’asile et le centre d’action sociale protestant considèrent que le dispositif de premier hébergement en France doit comporter une capacité de 2000 places pour les familles et au moins 400 places pour les isolés. Pour conserver au dispositif sa vocation d’accueil, d’orientation et de premier hébergement, la durée de séjour ou de prise en charge doit y être limitée (8 à 12 semaines). De même, les flux de sortie doivent être équivalents aux flux d’admission.

Que suppose ce principe régulateur ?

Le développement du dispositif d’hébergement avec en aval la création de nouvelles places en centres d’accueil pour demandeurs d’asile (CADA). 2000 nouvelles places paraissent actuellement nécessaires en Ile-de-France. Dans la continuité de leurs missions respectives actuelles et de leur expérience, France terre d’asile et le centre d’action sociale protestant assureraient l’accueil et l’orientation des demandeurs d’asile : le centre d’action sociale protestant étant chargé plus particulièrement de l’accompagnement des familles assurerait également hors Paris, pour tous, la gestion du premier hébergement (réservation hôtelière, facturation, paiement…).

France terre d’asile étant chargée plus particulièrement de l’accompagnement des demandeurs isolés assurerait également la domiciliation de l’ensemble du public bénéficiaire. Les plates-formes départementales forment ensemble un dispositif cohérent au plan régional qui suppose une coordination. Celle-ci devrait être placée sous la responsabilité du préfet de la région Ile-de-France. Un comité de pilotage, placé sous la responsabilité de la DRASS avec la participation des DDASS de chacun des départements, assure le suivi du dispositif et apprécie la cohérence du fonctionnement en référence aux objectifs définis dans le projet.


[1France terre d’asile - 25, rue Ganneron - 75018 Paris. Tel. 01 53 04 39 99

[2L’Ile-de-France compte 25 centres d’accueil des demandeurs d’asile, soit une capacité d’accueil de 2031 places auxquelles se rajoutent quelque 4000 places d’hébergement d’urgence gérées par la CAFDA en Ile-de-France.


Dans le même numéro

Dossiers

Quel accueil pour les demandeurs d’asile ?

Les étrangers qui fuient leur pays parce qu’ils y sont en danger devront franchir de nombreux obstacles avant d’être admis en France. Le risque qu’ils échouent est important. Les plus chanceux de ces hommes, femmes et enfants sont reçus par des centres d’accueil des demandeurs d’asile qui les hébergent et les aident dans leurs démarches pour obtenir le statut de réfugié. Reportage au CADA de Hautefeuille, en Seine-et-Marne

Lire la suite…

Portraits de demandeurs d’asile

Ils n’ont pas eu la chance d’être aidés par un CADA

Lire la suite…