N° 968 | du 8 avril 2010

Critiques de livres

Le 8 avril 2010 | Jacques Trémintin

Faut-il emprisonner les mineurs ?

Nathalie Dollé


éd. Larousse, 2009, (160 p. ; 9,90 €) | Commander ce livre

Thème : Prison

Voilà un ouvrage fort bien écrit qui présente, avec pertinence, la question de l’incarcération des mineurs. Ce qui frappe dans sa lecture, c’est le constat récurrent de la recherche d’un équilibre, depuis deux siècles, entre la réponse répressive et la voie éducative. Lorsqu’en 1819, le ministère de l’Intérieur publie un arrêté sur la nécessité de séparer les mineurs incarcérés de moins de 16 ans, des majeurs, le souci d’un traitement spécifique de la délinquance juvénile est évident. L’effet pervers, ce sera la construction à Paris, en 1836, de la première maison d’arrêt pour jeunes : la petite Roquette. L’utopie carcérale tournera au cauchemar : confrontés au silence et à l’isolement total, les enfants deviendront fous, hurlant ou finissant muets, délirant ou souffrant d’hallucinations. Il en va de même pour le principe de discernement : les enfants qui sont considérés comme ne bénéficiant pas de la maturité suffisante pour avoir agi en pleine raison, se verront enfermés dans des maisons de correction jusqu’à leurs 21 ans, pour des délits punis seulement de quelques mois d’emprisonnement.

Les colonies pénitentiaires agricoles, industrielles ou maritimes, censées réhabiliter leurs jeunes pensionnaires par le travail et l’instruction, se transformeront rapidement en véritables bagnes où règnent des adultes illettrés imposant une discipline arbitraire basée sur les humiliations et les mauvais traitements. L’enfer, en matière de lutte contre la délinquance juvénile, a toujours été pavé de bonnes intentions. Plus que jamais, l’actualité contemporaine le démontre. Après 1945, naît une authentique volonté de trouver un équilibre entre répression et éducation. Bien sûr, l’éducation surveillée, ancêtre de la PJJ, cherche encore à classifier et trier en apposant de bien curieuses étiquettes (apathique, instable, débile, paranoïaque, cyclothymique, hyperémotif, mythomane, schizoïde, pervers sexuels…), pour orienter et traiter les jeunes délinquants. Mais des expériences fortes, comme celle du centre familial de Vitry, permettent de dessiner une tout autre déontologie pour un métier d’éducateur en train de s’inventer.

Une génération sera nécessaire pour que des habitudes bien ancrées cèdent la place à de nouvelles pratiques éducatives. Et puis, voilà que la pression sécuritaire impulsée par une société avide de risque et de tolérance zéro vient à nouveau tout bousculer. Le conte d’Argout, ministre de l’Intérieur en 1832 écrivait alors : « Une prison ne sera jamais un lieu d’éducation. » Le président du tribunal pour enfant de Paris écrira en 1974 : « Les établissements fermés sont des échecs et des dépotoirs. » Le choix de nos gouvernements successifs sera pourtant de privilégier l’enfermement des mineurs. De vieilles recettes qui ont pourtant montré leurs limites.


Dans le même numéro

Critiques de livres

Véronique Le Goaziou & Laurent Mucchielli

La violence des jeunes en question