N° 1157 | du 19 février 2015

Critiques de livres

Le 19 février 2015 | Jacques Trémintin

Être animateur • Volumes 1 et 2

Pascal Mullard, Michel Cambon (illustrations)


éd. Journal de l’animation 2010, (98 p. -14,90 €) et 2014 (145 p. – 19,90 €) | Commander ce livre

Thème : Animateur

Pascal Mullard s’abreuve, ici, aux meilleures sources de la psychologie humaniste pour proposer des pistes méthodologiques et éthiques aux professionnels de l’animation. Analyse transactionnelle, programmation neurolinguistique, process communication sont ainsi largement mis à contribution comme support de compréhension et d’analyse des problèmes qui ne manquent pas de se poser au quotidien. Comment se positionner face à son public, en s’impliquant, en adaptant ses activités à sa demande et en articulant l’individu et le groupe ? Comment faire vivre son réseau, tant celui intégrant les collègues que celui des intervenants extérieurs ou des bénévoles ? Comment mener son action en partant du diagnostic jusqu’à l’évaluation, en passant par une organisation se voulant créatrice ?

Mais, être animateur ce n’est pas seulement trouver des moyens efficaces d’agir, c’est aussi et tout autant travailler sur des affects (les uns et ceux d’autrui) et trouver du sens à son engagement. C’est tout cela et bien d’autres dimensions encore qui sont disséqués et argumentés dans cet ouvrage : voilà un métier qui, pour nécessiter une technicité et un savoir faire certain, est avant tout fondé sur des compétences relationnelles. Illustré avec humour par Michel Cambon, le propos de l’auteur est bien de fournir non des réponses toutes faites mais des pistes de réflexion et d’action propres à permettre au lecteur de se poser, le temps de sa lecture, pour penser à sa fonction, améliorer son travail et prendre du recul face à un quotidien qui ne laisse pas toujours l’opportunité de faire ce pas de côté, pourtant essentiel si l’on veut cultiver la souplesse, la réactivité et la capacité d’adaptation.


Dans le même numéro

Critiques de livres

Florence Weber, Loïc Trabut et Solène Billaud (sous la direction)

Le salaire de la confiance