N° 535 | du 15 juin 2000 | Numéro épuisé

Dossiers

Le 15 juin 2000

Des professionnels menacés d’être condamnés

Jacques Trémintin

La mort d’un enfant est un drame épouvantable pour sa famille. Mais elle n’a pas épargné l’équipe éducative et les jeunes du foyer. Les poursuites judiciaires ont provoqué un malaise qui a confiné à la paranoïa

Patricia vit une adolescence chaotique. À 14 ans, elle multiplie, depuis un an et demi, fugue sur fugue et fréquente une bande de copains marginaux, âgés eux-mêmes de 30-40 ans. Souffrant d’un diabète insulino-dépendant (qui nécessite deux à trois injections d’insuline par jour), elle arrive néanmoins à gérer sa maladie. Ses parents le confirment : elle est autonome. Ce jour-là, elle réintègre son domicile pour venir chercher son chat. Son père refuse de la laisser repartir et emploie pour cela la manière forte. Le parquet, informé de la violence de l’altercation, décide, par ordonnance de placement provisoire, de l’admission de l’adolescente au foyer départemental de l’enfance.

Nous sommes en septembre 1997. Une scolarisation est très vite programmée, mais l’assiduité de la jeune ne dépasse pas une matinée. Elle revient toutefois le soir au foyer. Un samedi, elle ne rentre pas. La déclaration de fugue est alors faite auprès de la gendarmerie. Tout au long du week-end, Patricia téléphone au foyer. Elle est en état d’ébriété, mais assure prendre son traitement. Elle affirme vouloir partir avec les gens du voyage. Le dimanche soir, nouvelle communication téléphonique pour affirmer que finalement elle a décidé de revenir au foyer. Elle donne le numéro de téléphone de l’appartement où elle se trouve. L’éducateur réussit ainsi à la localiser, mais préfère attendre le retour annoncé. Lundi matin, il termine son service et passe le relais à son chef de service sans lui transmettre l’adresse qu’il est parvenu à recueillir la veille. Pour le chef de service, Patricia se trouve donc toujours chez son ami et c’est là qu’il envoie les forces de l’ordre qui n’y trouvent personne.

Or peu après, dans la nuit du lundi au mardi, Patricia tombe dans un coma diabétique dont elle ne se réveillera pas. La relation de la famille avec le foyer reste cordiale et respectueuse, jusqu’au jour où le carnet de santé de Patricia lui ayant été rendue, elle y découvre un post-it sur lequel l’éducateur de permanence a noté l’adresse qu’il avait pu obtenir par le numéro de téléphone indiqué par Patricia. Pour la famille, il n’y avait plus de doute. Le foyer savait où se trouvait sa fille et n’avait pas fait son travail. Elle porte plainte. Le procureur requiert en février 2000, 6 mois de prison avec sursis pour le chef de service et 4 mois avec sursis pour l’éducateur, la famille réclamant 300 000 F de dommages et intérêts. Le tribunal relaxe les professionnels du foyer départemental de l’enfance avec comme motivation des considérations sur la complexité d’un métier dont la fonction consiste à prendre en charge des jeunes en grande difficulté. Mais ceux-ci restent toujours sous la menace d’une condamnation : la partie civile et le parquet ont fait appel.

La mort de Patricia est un drame épouvantable pour sa famille. Mais elle n’a pas épargné l’équipe éducative et les jeunes du foyer. Les poursuites judiciaires ont provoqué un malaise qui a pu confiner à la paranoïa : réticence à l’accueil de population à risque, hésitations à organiser des sorties à la mer ou en VTT, communication téléphonique immédiate à la gendarmerie dans l’heure qui suit l’absence non programmée d’un jeune (complétée par un fax). Sur 180 admissions de mineurs de plus de 12 ans, le foyer a eu à gérer en 1999 près de 300 fugues (dont la durée allait de 3 heures à 2 mois, certains fugueurs ne réapparaissant jamais).

L’actuelle saisie systématique de la gendarmerie submerge celle-ci de procédures. Le drame dont a été victime Patricia a montré les failles d’un protocole qui n’était peut-être pas assez systématique, mais qui avait fait ses preuves, depuis 1983, date d’arrivée du chef de service, puisqu’en 17 années à ce poste exposé, il n’a eu à déplorer aucune conséquence dommageable. Une information non transmise a eu un effet d’une extrême gravité. L’erreur est manifeste, inutile de la nier ou de la minimiser. Pourtant, elle a été commise par deux professionnels expérimentés, très bien notés.

En submergeant les gendarmeries et les brigades des mineurs d’informations, dès les premiers soupçons de fugue, avec pour objectif principal de se couvrir légalement, ne va-t-on pas paralyser l’action de ces instances qui n’arriveront pas à traiter avec sérénité ce qui relève d’éléments d’inquiétude réelle et ce qui mérite d’être relativisé ?

Dans un poste exposé à la gestion de situations particulièrement difficiles, des actes aussi banals soient-ils, posés par des professionnels aussi aguerris soient-ils, peuvent à tout moment avoir des conséquences, selon les circonstances, tout autant bénignes que graves. Des procédures claires et précises sont certainement nécessaires. Mais, réussiront-elles à répondre à tous les cas qui se présentent, à toutes les situations qui nécessitent des initiatives et des prises de risque sans lesquelles aucun travail éducatif ne peut véritablement avoir lieu ?


Dans le même numéro

Dossiers

Pourquoi le mythe du risque zéro est dangereux

On peut comprendre que toute faute soit recherchée et condamnée, mais on peut se demander si certains excès ne vont pas rendre l’exercice de la profession tout simplement impossible.

Lire la suite…

La prise de risque, bientôt évaluée à la baisse ?

Un grand danger, par exemple, est qu’on renferme les personnes alors que tous les efforts des dernières années étaient de les sortir des établissements. Explications de Jean-Marc Lhuillier, docteur en droit.

Lire la suite…

Vaut-il mieux trop signaler ou ne pas signaler suffisamment ?

Dans le doute, la prévention doit l’emporter. La justice ne reprochera jamais aux professionnels de n’avoir pas réussi à mettre fin à un péril. En revanche, elle pourra toujours leur demander des comptes sur ce qu’ils ont mis en œuvre pour tenter d’y arriver.

Lire la suite…