N° 971 | du 29 avril 2010

Critiques de vidéos

Le 29 avril 2010 | un film de Fabrizio Scapin

Des enfants à la vie plombée

Katia Rouff

Du plomb dans la tête - 50 mn, 2007 (12 €.).
Disponible à l’AFVS.
Contact : Tél. 0 953 272 545

Thème : Logement

Un immeuble insalubre, un habitat indigne au cœur de Paris dans lequel vivent de nombreuses familles immigrées. Dans une grande pièce, enfants et adultes entourent Bernadette Nantois de l’Association des familles victimes du saturnisme (AFVS) venue parler de cette intoxication par le plomb. « Je savais que l’immeuble était insalubre mais je ne pensais pas que mon enfant pouvait être touché par le saturnisme, témoigne une femme dont le fils présente une plombémie (mesure du taux de plomb dans le sang) très élevée. Il avait tout le temps mal au ventre et il a beaucoup maigri ; c’est la PMI qui a détecté l’intoxication. » Le documentaire Du plomb dans la tête donne la parole à ceux qui ne l’ont jamais – les familles et les enfants touchés –, à des spécialistes et aux militants de l’AFVS.

La grande majorité des enfants touchés par le saturnisme vivent dans des appartements anciens et délabrés où les peintures au plomb, interdites depuis 1948 mais encore présentes sur les murs, s’écaillent. Les enfants s’intoxiquent en absorbant les poussières en suspension ou en portant à leur bouche des fragments de peinture. Le saturnisme infantile peut entraîner des troubles irréversibles du développement psychomoteur et le plomb reste stocké à vie dans les os. C’est une maladie gravissime. « Deux enfants sont morts en 1995 à Paris. Le plomb tue », s’indigne Mady Denantes, médecin généraliste. L’AFVS se bat depuis douze ans pour la reconnaissance et la prise en compte du saturnisme par les pouvoirs publics, les responsables du logement et de la santé. Aujourd’hui, elle lance un appel pour que la lutte contre ce fléau soit reconnue grande cause nationale. Selon l’Inserm, le saturnisme toucherait 85 000 enfants en France.