N° 700 | du 13 mars 2004 | Numéro épuisé

Critiques de vidéos

Le 13 mars 2004 | Documentaire de Roland Moreau

Dépasser la colère ?

Léo Grenel

(2003 - 51 mn)
La Cathode
119 rue Pierre Sémard
93000 Bobigny
Tél. 01 48 30 81 60

Thème : Immigration

Devant tout ce qui les inquiète, — amalgame entre immigration et insécurité, manques de moyens pour l’accompagnement, possibilité d’incarcération à treize ans, etc. —beaucoup de jeunes ont envie de s’engager. « Ce n’est que collectivement qu’on peut agir », certifie l’un. Et les jeunes issus de l’immigration — comme d’ailleurs leurs aînés — ne disposent d’aucune représentation politique… Alors, certains iront plus loin et se feront élire au conseil local de jeunes. Comme les intervenants sociaux et les adultes militants, ils iront répéter aux jeunes majeurs des quartiers : « allez voter ! »

Mais le projet de démocratie participative et locale de Blanc-Mesnil ne s’est pas construit sans mal, et les groupes de paroles ont au moins le mérite d’évacuer l’amertume : de part et d’autre, des reproches parfois fusent. Les jeunes peuvent taxer les adultes de démagogie — « vous vous servez de nous, vous harcelez certains d’entre nous pour qu’ils se présentent dans « votre » conseil de jeunes » —, certains s’estiment encore trop jeunes pour gérer un budget, ou déplorent l’absence des politiques sur le terrain. En face, certains adultes déplorent des bonnes volontés trop fugaces, disparaissant trop vite au moment de réaliser un projet.

Globalement, les jeunes mettent en parallèle la colère qui monte des quartiers populaires et la déception par rapport à un monde politique pour le moins méprisant, y compris celui de gauche : «  mon père pourra-t-il un jour aller voter pour votre municipalité ? », demande ainsi un ado à Marie-Georges Buffet, maire adjoint PCF de la ville. Constamment, ils rappelleront les blocages des politiques par rapport aux minorités, cruellement concrétisés par la place laissée à celles-ci, élection après élection, sur les listes électorales. Et les résultats du premier tour de la dernière élection présidentielle ont évidemment alimenté largement les débats.

Le documentaire se termine sur une note optimiste : « un jour ou l’autre, je la prendrai, la mairie… » promet Yann Meas, agent d’accueil à la médiathèque de Blanc-Mesnil, d’origine immigrée et militant de longue date. « Comme en 1789 », rigole-t-il. Le jeune homme a participé à l’atelier de réalisation sur les rapports entre jeune et police, et accompagné le film dans les débats. En effet, ces deux documentaires, éventuellement mis bout à bout, ouvrent efficacement la discussion.