N° 1179 | du 18 février 2016

Critiques de livres

Le 18 février 2016 | Jacques Trémintin

Ça commence toujours par un café

Marie Louët


éd. Département Loire Atlantique, 2015, (86 p.) | Commander ce livre

Thème : Écriture

C’est l’histoire d’une rencontre. D’un côté une animatrice d’atelier d’écriture et une graphiste. De l’autre, des allocataires du Revenu de solidarité active. Les premières ont longuement regardé, écouté et se sont imprégnées des témoignages qui leur étaient livrés. Les seconds ont déroulé leur récit de vie, au gré des séances auxquelles ils ont participé. Si le scénario, mis en mots par Marie Louët et illustré par les photos d’Eléna Varoutsikos participent bien d’une fiction, celle-ci s’inspire largement d’authentiques vécus. Les participants au projet ont retrouvé dans ce petit opuscule des pans entiers de leur histoire personnelle. Ce qui leur importait surtout, c’était de montrer combien ils existent avant tout comme des sujets ordinaires.

Leur parcours ne fait pas d’eux des êtres à part. Juste des citoyens frappés par les aléas de l’existence et qui n’aspirent qu’à une chose : retrouver leur place. Voilà donc des destins qui s’entrecroisent ou cheminent en parallèle, des itinéraires à la fois banals et hors du commun qui s’égrènent en dix chapitres, au fil des mois qui s’écoulent. C’est Jennyfer qui se décide enfin à quitter un mari qui l’insulte et la rabaisse ; sa démarche auprès de l’assistante sociale lui fera découvrir qu’il n’y a aucune fatalité à subir. C’est Samuel qui noircit des cahiers de formules de physique et d’algorithmes.

C’est Aïna qui vit avec son mari et son bébé de six mois dans un appartement suintant d’humidité. C’est Gaëlle, mère courage, à la force de caractère incroyable, apprenant à lire à trente ans pour pouvoir raconter des livres à son fils. C’est Philippe qui eut l’envie, un jour, de prendre en photo son arrière-train pour répondre à une énième lettre de refus d’embauche parce que son profil ne convenait pas : le profil qu’aurait immortalisé un photomaton aurait peut-être mieux convenu. Un récit à découvrir et à relire, rien que pour le plaisir.


Dans le même numéro