N° 1203 | du 16 mars 2017

Critiques de livres

Le 16 mars 2017 | Jacques Trémintin

Avoir la rage

Daniel Marcelli


éd. Albin Michel, 2016, (291 p. – 19,50 €) | Commander ce livre

Thème : Violence

Autrefois, chacun avait devant lui un chemin tout tracé qu’il était contraint de suivre. Aujourd’hui, on nous fait croire qu’on peut choisir l’avenir que l’on veut. Sauf que les déterminismes sociaux restent à l’œuvre, les embûches se multiplient et la pression de l’environnement continue à peser. La prise de conscience de la grande part d’illusion et de tromperie que comporte cette prétendue liberté peut provoquer chez l’adolescent un sentiment de rejet et d’impuissance. Et ce sont là les éléments constitutifs de cette rage psychologique définie par Daniel Marcelli comme « l’état d’une bouche avide désespérément avide » (p. 83). La frustration face à l’impossible réalisation de soi et l’immense vide existentiel qu’offre notre société peuvent s’enkyster dans le fantasme de destruction de soi et d’autrui. La rencontre avec un objet donnant sens à la rage (la dénonciation de la modernité accusée de tous les maux) fixe et entretient cet état. Il ne reste plus ensuite qu’à dissoudre le doute, à déployer la certitude et à installer la conviction pour répondre au besoin d’héroïsation et donner l’illusion d’un sens à la vie. Parmi les antidotes possibles à cette rage narcissique, il y a la sécurisation, l’estime de soi et l’empathie favorisées et développées dès le plus jeune âge et la canalisation de l’énergie et de la créativité vers des investissements de substitution.


Dans le même numéro

Critiques de livres

Sous la direction de Pierre-Joseph Laurent

Tolérances et radicalismes : que n’avons-nous pas compris ?

Sous la direction de Daniel Marcelli avec Anne Lanchon

Adolescents en quête de sens