N° 729 | du 11 novembre 2004 | Numéro épuisé

Critiques de livres

Le 11 novembre 2004 | Patrick Méheust

Adolescences. Repères pour les parents et les professionnels

Sous la direction de Philippe Jeammet


éd. La Découverte, 2004 (228 p. ; 15 €) | Commander ce livre

Thème : Adolescence

L’adolescence est une période charnière riche de multiples possibles mais aussi susceptible parfois de déboucher sur des conduites stéréotypées menant tout droit à des impasses (consommation des drogues, troubles de l’humeur, etc.).

Phase d’interrogation, de doute, d’inquiétude face aux changements qui affectent un corps qui semble vouloir échapper à tout contrôle et ne se soumet pas toujours à la configuration souhaitée, moment de rupture douloureuse avec l’état « béni » de l’enfance, ce passage dont la « réussite » est incertaine est particulièrement délicat à gérer tant pour les adolescents eux-mêmes que pour leurs parents. L’adolescent sait, assurément, ce qu’il est en train de perdre sans bien entrevoir où tout cela risque de l’entraîner. Le monde, lui-même, se trouve comme désenchanté alors que l’on commence à se rendre compte que les adultes (et parmi eux les parents) ne sont pas exactement conformes à ce que l’on imaginait jusqu’alors. L’image de soi peut aussi se trouver en décalage profond par rapport à la réalité. Vient encore se surajouter à tout cela une quête d’autonomie qui doit composer cependant avec l’emprise des parents.

Dans ce contexte éminemment déstabilisant le rôle des parents est alors déterminant. Il faut prendre garde à ce que l’adolescent « rêvé » ne prenne pas le pas sur celui qui cherche tant bien que mal à se construire au quotidien. Le décalage serait source de crispations et de frustrations réciproques. Il faut aussi se méfier des fantômes du passé, réactivations souvent parasites des liens que les parents entretenaient avec leurs propres parents, qui brouillent la lecture de la situation présente.

Mais que faut-il faire alors ? Sans proposer de solutions miracles les différents auteurs de l’ouvrage suggèrent de chercher avec patience et aussi une certaine persévérance la « bonne distance » dans la relation. L’adolescent pris entre le besoin de marquer sa différence et celui de conserver la protection familiale saura tirer parti d’un cadre sécurisé qui, justement, lui permette de prendre son envol sans précipitation. Ni trop proches, ni trop lointains, les parents se doivent, tout en posant les limites nécessaires, de respecter l’espace personnel du jeune. Accompagner, être présent, chercher en permanence à ajuster la relation mais aussi manifester son désaccord lorsque le besoin s’en fait sentir (c’est-à-dire montrer aussi que l’on existe), voilà sans doute la gymnastique éducative la plus appropriée à laquelle les parents doivent se livrer en de telles circonstances…


Dans le même numéro

Critiques de livres

Sous la direction de Bernard Lahire

À quoi sert la sociologie ?