N° 1162 | du 30 avril 2015 | Numéro épuisé

Critiques de livres

Le 30 avril 2015 | Jacques Trémintin

À la rencontre des jeunes en souffrance

Sylvie Tordjman, Mathias Wiss & all


À la rencontre des jeunes en souffrance - L’expérience d’une équipe mobile pluriprofessionnelle - éd. De Boeck, 2014, (278p – 30 €) | Commander ce livre

Thèmes : Souffrance, Adolescence

Voilà un ouvrage à déguster, en s’y prenant à plusieurs fois. Car on peut le lire en utilisant au moins six entrées. La première, c’est bien sûr la présentation d’un dispositif psychiatrique aussi innovant que créatif qui s’est donné comme objectif d’entrer en relation avec des adolescents en souffrance refusant tout contact avec les psys ou tout autre professionnel ambitionnant de leur venir en aide. On y trouvera un descriptif précis et détaillé de l’action de l’Équipe mobile pour enfants et adolescents (EMEA) située près de Rennes. Deuxième entrée possible, la riche approche conceptuelle qui sous-tend toute cette démarche. Sont présentées des références théoriques à la fois pertinentes et diversifiées démontrant comment l’action engagée a été pensée. Troisième entrée, le cadre historique et contextuel, national et international de l’intervention à domicile en général et des équipes mobiles en particulier. Quatrième entrée : l’expression spécifique de chacune des professions, parties prenantes de l’équipe. Médecins, cadres de santé et psychologues y prennent la parole au même titre que les éducateurs spécialisés, infirmiers, assistante sociale et secrétaire médicale. Cinquième entrée possible, celle de l’évaluation scientifique du dispositif réalisé à l’aide de questionnaires proposés un, quatre et dix mois après la fin de l’intervention.

Enfin, la sixième et dernière entrée consiste en des reportages télévisés consultables sur le DVD glissé dans l’ouvrage et qui permettent de visualiser concrètement cette action. Il ressort de ce livre un sentiment de cohérence et de cohésion, celui d’une équipe qui sait où elle va, tout en acceptant le risque de la rencontre ; qui se donne des objectifs ambitieux, tout en préservant son humilité ; qui est constituée en interne sur une logique pluridisciplinaire dont elle pourrait se contenter, tout en travaillant en collaboration étroite avec tout un réseau partenarial extérieur ; qui sort du cadre protecteur des murs de l’institution, tout en respectant l’intimité des familles et en la préservant de toute intrusion ; qui affiche sa grande capacité de mobilité physique, tout en se montrant à la fois réactive et particulièrement adaptative au niveau psychique ; qui suit à la lettre une méthodologie qui peut apparaître directive, tout en acceptant que ses opinions soient revisitées par les partenaires et les familles ; enfin, qui se montrent férue de références théoriques, tout en ne s’enfermant dans aucun carcan conceptuel. Ce qui décrit sans doute le mieux le fonctionnement de l’EMEA est cette parabole du jardinier s’appliquant fort bien à son travail : ce n’est pas en tirant sur ses feuilles que l’on fait pousser une plante, mais en aménageant au mieux l’environnement à même de lui permettre de s’épanouir.


Dans le même numéro

Critiques de livres

Eliane Bouyssière-Catusse et Jean-Philippe Raynaud

Adolescents difficiles : penser et construire des partenariats

Emmanuelle Granier et Claude Sternis (sous la direction de)

L’adolescent entre marge, art et culture