N° 1059

| du 19 avril 2012
Dossier

Trisomique et autonome

Qui aurait parié dans les années soixante, époque où l’on était persuadé que les enfants trisomiques ne pouvaient apprendre à lire et à écrire, que quarante ans plus tard, un tiers d’entre eux en seraient capables ? Et qu’ils pourraient être scolarisés à l’école de leur quartier ou travailler en milieu ordinaire ?
Une prévention précoce, une scolarisation en milieu ordinaire ou spécialisé, permettent à l’enfant porteur de trisomie de gagner en autonomie. Plus tard, avec une formation professionnelle, il pourra travailler et trouver une place dans la société. Si celle-ci reste frileuse face à ce handicap, les choses bougent.

  • Social actualités
  • La chronique d’Etienne Liebig
  • Le billet de Jacques Trémintin
  • L’actu de la semaine
    • Emploi : les invisibles se montrent
  • Dossier : Trisomique et autonome
    • À chacun son rythme !
    • Sessad : un grand pas vers l’autonomie
  • Rebonds
    • Moi j’aimerais voter… Et vous ?
    • « Je vous parle de bientraitance »
    • C’est pas nous, c’est moi
  • Initiative
    • L’association Moissons Nouvelles dans le Var s’appuie sur l’éducation non formelle comme outil d’insertion
  • Offres d’emploi
  • Livres
    • Dedans, dehors. La condition d’étranger - Guillaume le Blanc
    • Nous sommes tous la France ! - François Durpaire

Décryptage

Emploi : les invisibles se montrent

Aujourd’hui, près d’un actif sur dix est sans emploi. Le nombre des personnes alternant les périodes de chômage et de travail précaire est en constante augmentation. Elles font entendre leur voix. Une première.

Lire la suite…